L’ombre du Coronavirus plane, les Tunisiens renoncent aux vacances !

06-07-2020

Dans ce contexte épidémiologique, et après l’ouverture des frontières, les Tunisiens semblent de plus en plus réticents à reprendre leurs activités estivales … Séjours à l’hôtel, baignades et escapades dans les plus belles plages de la Tunisie, sont désormais des programmes reportés pour l’été prochain.

Les Tunisiens pensent, en majorité, que l’accueil des touristes ainsi que le retour des tunisiens résidant à l’étranger forment une réelle menace pour ceux qui souhaitent passer leurs vacances à hôtel. S’y ajoutent les tarifs élevés affichés par les hôteliers, jugés peu attractifs par les vacanciers potentiels, notamment durant cette crise économique.

C’est l’impression qui est ressortie à travers nos échanges, ce lundi 06 juillet, avec des citoyens, accostés à l’Avenue Habib Bourguiba.

Pour cette jeune femme d’une trentaine d’années, l’épargne qu’elle a passée des années à mettre de côté, a été dépensée durant les trois mois du confinement total. « Nous avons passé une longue période à la maison, mine de rien, les dépenses ont doublé, car tous les membres de la famille étaient à la maison, et les charges étaient donc plus importantes… »

Un trentenaire travaillant dans un hôtel a confirmé que les prix affichés par les établissements touristiques sont excessivement chers.

 « Le prix d’un kilo de viande a atteint les 40 dinars, tandis qu’une nuitée en LPD dans un hôtel coute 70 dinars. Ce serait donc plus rentable de camper à côté de la mer, en faisant un barbecue avec des amis. Il y aura moins de risque par rapport au coronavirus également et, on profitera en plus de la nature ! ».

Plusieurs autres mères de familles, nous ont exprimé leurs soucis par rapport aux risques de contraction du virus, en cas de fréquentation d’endroits touristiques…

Une maman de deux enfants nous a confié qu’elle est catégorique en ce qui concerne les vacances en hôtel. « Selon les statistiques publiées par le ministère de la santé, la plupart des porteurs du Covid-19 sont des cas importés. Je préfère donc éviter les espaces publics pour l’instant. D’ailleurs, ce n’était pas facile de convaincre mes filles de ne pas aller à la plage cette année… », ajoute-t-elle.

Concernant les packages conçus spécialement pour les Tunisiens par le ministère du tourisme et de l’artisanat pour encourager les locaux à aller en hôtel, dans l’espoir de sauver la saison touristique, plusieurs n’en étaient pas au courant.

 «Même s’il y aura des facilités de paiement, les prix seront en revanche doublés pour être remboursés lentement plus tard…C’est une sorte de crédit que le tunisien moyen ne pourra pas se permettre en cette période de crise économique et d’inflation… », estime une jeune dame.

Une chose est sûre, c’est que la crainte d’une deuxième vague de la pandémie du Covid-19 a poussé les Tunisiens à tenir de plus en plus à l’application des mesures de prévention, et à être plus vigilants. Une sorte de méfiance s’est installée, notamment avec l’ouverture des frontières.

Retrouvez notre reportage ci-dessus.

Reportage réalisé par Emna Bhira et Wissal Ayadi