Au cœur de la Tunisie réagit à l’interdiction de voyage et gel des avoirs de Nabil Karoui

09-07-2019

Le parti « Au cœur de la Tunisie » considère que la décision annoncée par le pôle judiciaire économique et financier, portant sur l’interdiction de voyage et le gel des avoirs du président du parti, Nabil Karoui et son frère, comme une manière de faire diversion. « C’est une tentative de troubler le parti et son président et d’influencer sa popularité grandissante ».

« Cette opération n’est qu’une manière de détourner l’attention de l’opinion nationale et internationale, sur ce qui s’est passé pendant la journée du jeudi noir, 27 Juin 2019, où les Tunisiens ont attendu à ce qu’une enquête immédiate soit ouverte par la justice militaire, sur ce qui s’est passé ce jour-là, à commencer par la maladie du président, en passant par les opérations terroristes concomitantes, en arrivant à ce qui s’est passé au parlement. »

Le parti estime par ailleurs dans un communiqué rendu public hier soir, que « cette campagne enragée était prévisible, faisant partie d’une stratégie complète en vue d’attenter à la réputation de Nabil Karoui, son frère Ghazi Karoui et les membres de sa famille, et d’essayer de mettre en difficulté le parti, au cœur de la Tunisie ».

« Le fait que le gouvernement Chahed/ Ennahdha se targue de moraliser la vie politique, et son appel à décréter une charte éthique à ce sujet, sont aux antipodes de ce qu’il fait en réalité, en termes d’utilisation des institutions de l’Etat, et ses moyens pour liquider les adversaires politiques et les concurrents sérieux au candidat du parti au pouvoir, » souligne-t-il, pointant « une tentative désespérée d’annuler la volonté des électeurs, et leur liberté, et de mettre en place des règles inconstitutionnelles et immorales de l’action politique, ce qui équivaudrait à une falsification préalable des élections ».

Au cœur de la Tunisie appelle les organisations nationales « à se dresser contre cette offensive qui menace le processus électoral et la transition démocratique dans son ensemble, et constitue un indice sérieux du retour de la dictature et de pratiques que l’on croyait révolues ».

Le parti qui dit avoir confiance dans l’institution judiciaire et les institutions de l’Etat en général, les appelle « à préserver leur neutralité afin qu’elles combattent les pressions qui leur sont infligées, de s’attacher aux valeurs de justice, et au sens de la démocratie et de s’écarter des conflits partisans et des injonctions, et de l’exécution des ordres contraires aux lois et à la constitution ».

Le parti appelle le chef et membres du gouvernement « à choisir entre la poursuite de leurs missions, ou la démission au cas où ils ont l’intention de se porter candidats aux prochaines élections, afin que les concurrents aient les mêmes chances, et que les conditions de transparence et d’intégrité soient garanties ».

Au cœur de la Tunisie appelle « l’ensemble de ses militants, ses amis et les forces vives du pays à se préparer à faire face à cette dictature montante qui menace le processus démocratique, la paix civile et la sécurité de citoyens ».

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun