Jebali exclut être à l’origine de la démission d’Abbou du gouvernement de la troïka

29-04-2019

Hamadi Jebali a rejeté les propos de Mohamed Abbou qui l’accuse de l’avoir empêché d’avancer sur la lutte contre la corruption, d’où sa décision de quitter le gouvernement, à l’époque de la troïka.

« La démission de Mohamed Abbou n’est pas intervenue suite à mon opposition à la guerre contre la corruption, mais était liée à une affaire purement procédurale et administrative », a-t-il souligné hier, dimanche, lors d’un entretien avec Express.

Il a indiqué qu’Abbou, outre son portefeuille de la Fonction publique, voulait prendre la tête de l’instance supérieure du contrôle gouvernemental, qui est rattachée à la présidence du gouvernement, et dont la mission est de contrôler tous les ministères, l’ensemble du pouvoir exécutif, les gouverneurs etc. « Cette instance ne pourrait relever que du chef du gouvernement, et je le lui ai expliqué cela, en présence de plusieurs ministres ». Il a ajouté lui avoir dit que « le fait de réclamer cette instance, revient à réclamer la présidence du gouvernement. Tu auras à contrôler tes collègues ministres, alors que tu vas t’en excepter et tu seras au-dessus des ministres ».

Jebali a ajouté qu’il avait demandé en conseil des ministres à ce que chaque ministre ait une stratégie en matière de lutte contre la corruption, et plusieurs ministres ont avancé là-dessus.

Mohamed Abbou avait réitéré auparavant sur la même radio, qu’il s’était mis d’accord au préalable avec les autres composantes de la troïka, qu’il ait des prérogatives en matière de lutte contre la corruption, et qu’il n’était pas question qu’il se limite à la fonction publique.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun