La décision de Trump sur le Golan n’engage que les Etats-Unis et non le reste du monde (Béji Caïd Essebsi)

28-03-2019

Le président de la république, Béji Caïd Essebsi, a déclaré que « le Golan était une région syrienne arabe, et on ne peut d’un trait de crayon la supprimer même si ce crayon est américain ».

Dans un entretien avec al-Arabiya, à l’occasion de la 30ème édition du sommet arabe, le chef de l’Etat a indiqué que la décision de Donald Trump de reconnaître la souveraineté israélienne sur le Golan, « n’engageait que les États-Unis, et non le monde entier ».

Il a ajouté que « nonobstant le poids des États-Unis, et du fait que c’est le pays le plus puissant, l’avenir montrera que cette décision ne signifie pas forcément que le Golan est devenu israélien ».

Au sujet de la réintégration de la Syrie au sein de la Ligue arabe, il a réitéré que cette décision était tributaire d’un accord unanime des dirigeants arabes.

Il a souhaité que la Syrie réintègre les forums internationaux, considérant « la suspension de l’adhésion de la Syrie de la Ligue arabe et de l’action arabe commune, comme un nuage d’été qui va se dégager ».

Sur la question de savoir si la Syrie pouvait réintégrer la Ligue arabe représentée par Bachar al-Assad, il a rétorqué que « les personnes meurent, et seuls les pays restent ».

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun