Lampedusa: La capitaine du Sea-Watch arrêtée

29-06-2019

Reuters – La bateau Sea-Watch, avec à son bord plusieurs dizaines de migrants, est entré de force dans le port de Lampedusa. Sa capitaine Carola Rackete, qui avait forcé le blocus des eaux territoriales italiennes, a été arrêtée.

Les autorités italiennes ont procédé, samedi 29 juin, tôt dans la matinée, à l’arrestation de la capitaine du navire humanitaire de l’ONG allemande Sea-Watch, Carola Rackete. Elle est accusée d’avoir avoir amarré le navire transportant des migrants dans le port de l’île de Lampedusa en dépit du refus du gouvernement italien.

Après avoir récupéré une cinquantaine de migrants aux larges des côtes libyennes, le navire, sous pavillon néerlandais, était resté bloqué dans les eaux internationales pendant plus de deux semaines.

Onze migrants ont été remis aux garde-côtes italiens pour des raisons médicales. Les 42 autres encore présents à bord du navire n’avaient pas été débarqués samedi matin.

Sur des images de télévision, on pouvait voir le navire arriver au port de Lampedusa aux premières heures de la journée de samedi. Un important dispositif policier était en place. D’après la télévision publique, Carola Rackete encourt une peine de dix ans d’emprisonnement.

Le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, chef de file de la Ligue (extrême droite), avait déclaré que le navire serait seulement autorisé à amarrer en Italie. Au même moment d’autres pays de l’Union européenne auraient accepté de prendre immédiatement en charge les migrants se trouvant à son bord.

A noter qu’après un décret pris en juin, le ministère italien de l’Intérieur a le pouvoir d’interdire les eaux italiennes à tout navire qu’il estime représenter une menace pour la sécurité et l’ordre public.

À Osaka, au Japon, où il prenait part au sommet du G20, le président du Conseil italien Giuseppe Conte a déclaré vendredi que trois ou quatre pays de l’UE étaient disposés à participer à l’accueil de ces migrants.

Gnet

 

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun