Le CREDIF dénonce l’inégalité des salaires homme/ femme dans le public et le privé

13-05-2019

Nonobstant les réformes constitutionnelles et politiques, la situation des droits des femmes reste fragile, et l’égalité effective entre les deux sexes n’a pas été réalisée dans de nombreux domaines, notamment en matière de salaires et d’accès de la femme aux postes de prise de décision, déplore le CREDIF dans une note dont une copie est parvenue à Gnetnews.

Près de la moitié des fonctionnaires de la fonction publique sont des femmes, mais leur présence se réduit au fur à mesure que l’on monte dans la hiérarchie et que la grille des salaires augmente, ajoute-t-il.

Idem pour le secteur privé où l’inégalité entre les deux sexes apparait à travers les salaires et les fonctions, dans la mesure où les hommes et les femmes ayant le même niveau d’instruction et la même expérience, accomplissent le même travail à des salaires différents.

S’agissant des activités non structurées, notamment le secteur agricole, les résultats d’études effectuées par l’INS montrent que l’écart mensuel entre les hommes et les femmes en termes de rétribution mensuelle, est estimé à 35.5 %.

La note considère cette question comme étant « un problème de société et de discrimination négative contre la femme. »

Une conférence sera tenue vendredi 17 Mai dans la soirée, en présence de la ministre de la femme et de la Famille, Néziha el-Abidi, pour étudier les causes et les conséquences de cette discrimination, examiner le lien entre la transparence et l’inégalité des rémunérations, la responsabilité du gouvernement, le rôle des syndicats, de la société civile, et des formations politiques à l’approche des échéances électorales, où les partis s’acharnent à conquérir les voix des femmes.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun