Marchés et grandes surfaces : Les scènes d’encombrement ou l’indiscipline des Tunisiens (Reportage)

14-07-2021

La non-application des mesures restrictives pour lutter contre le coronavirus annoncées par le gouvernement le 30 juin dernier et le 06 juillet courant,  est en partie responsable de l’aggravation de la situation épidémiologique en Tunisie.

Ce constat a été confirmé par  plusieurs médecins de santé publique, car actuellement, la Tunisie étant au plus fort de la pandémie avec en moyenne 7711 nouveaux cas reportés chaque jour, et une centaine de décès quotidiens, les citoyens prennent encore le risque d’aller aux cafés malgré l’interdiction de s’attabler ou de fumer le narguilé. Certains contribuent même à la création de regroupements dans les magasins en y faisant les courses durant des heures…

Dimanche dernier à 9h du matin, en se rendant à cet hypermarché de la Marsa, on voyait des familles, des parents avec leurs enfants qui faisaient la queue dans les files d’attente interminables devant la porte d’entrée, et cela malgré la canicule.

Heureusement que l’affluence dans cet hypermarché était moins importante ce mardi 13 juillet, à la même heure.

Afin d’éviter l’encombrement, plusieurs familles se dirigent vers ces grandes surfaces en début de semaine, mais visiblement la plupart des citoyens ont eu ce même réflexe…Entretemps,  les gestes barrières sont absents, moins de 50 cm séparent les clients devant cette porte, et les enfants portent à moitié leur masque malgré la forte circulation du virus dans le pays, sans parler de la foule au sein des rayons…

D’après cette femme qui faisait la queue avec ses deux petites filles, à chaque fois, elle croit éviter les regroupements, elle se retrouve en plein dedans. « Quant à mes filles, je les ramène avec moi car je n’ai personne pour les garder, c’est aussi une occasion pour elles de sortir en journée, puisque c’est impossible pour nous de se déplacer le soir à cause du couvre-feu qui démarre à 20h », nous répond-t-elle.

Par ailleurs, à l’intérieur du magasin, entre les étals des fruits, légumes, poissons et viandes, plusieurs personnes étaient en train d’attendre le déstockage des paniers de produits. Mais encore une fois, sans qu’ils ne se rendent compte, ils se sont exposés au danger d’une éventuelle contamination avec une distanciation quasi inexistante.

Collés les uns près des autres, certains baissant leur masque,  étaient rassemblés dans ces rayons les plus sollicités du magasin.

En effet, la plupart des clients qui viennent le matin pour faire les courses, sont plutôt des personnes âgées. Comme ce monsieur à la retraite, qui attendait l’arrivée du poissonnier dès le petit matin pour bénéficier de quelques produits frais.

Pour lui, il y a moins de risques dans ce magasin puisque c’est obligatoire de porter le masque dès l’entrée, en revanche dans les marchés ce n’est pas toujours évident. « En plus, ça nous fait un petit tour de plus moi et ma femme, histoire de rompre avec l’enfermement et respirer un peu après l’interdiction de circuler décrété les weekends », nous dit-il.

En revanche, dans la zone restauration de cet hypermarché, les chaises ainsi que les tables étaient levées dès le petit matin, conformément aux mesures annoncées, alors qu’à l’heure du déjeuner cette partie a une capacité d’accueil qui peut atteindre une centaine de places, a souligné le directeur du magasin de grande distribution.

Dans un autre magasin du coin, les clients se sont précipités  également au petit matin pour acheter ce qui leur manque.

La plupart sont des femmes au foyer d’un certain âge, qui profitent du calme avant les heures de pointe pour faire les courses tranquillement, nous a expliqué le caissier. Mais tout de même, il arrive des fois où l’équipe du magasin soit dans l’obligation d’appeler à l’ordre pour contrôler le flux de passage aux caisses, et cela avant que ce petit local atteigne sa capacité maximale de 40%, en ces temps de la pandémie du Coronavirus.

Le problème de l’encombrement persiste aussi au marché central de Tunis. A notre surprise, malgré la limitation de la fréquentation des endroits à 30% d’après les annonces des autorités, les rayons regorgeaient de clients qui se bousculaient sans même porter de masque.

Avec ce spectacle désolant, ne se souciant guère de leur sécurité en encourant les risques de contracter le virus dans ces endroits encombrés, les Tunisiens semblent ne pas être conscients de la gravité de la situation épidémiologique dans le pays, à cause de leur indiscipline…

Emna Bhira