Plus de 40 mille cas de violence contre les femmes et les enfants en dix mois (Laâbidi)

18-05-2019

La ministre de la Femme et de la Famille, Néziha Abidi, a déclaré que malgré les efforts déployés par l’Etat pour traduire dans les faits l’égalité entre les sexes, à travers l’application des lois et des conventions internationales, la femme souffre encore de violence économique, évoquant l’inégalité des salaires notamment dans le secteur agricole.

La violence sous toutes ses formes à laquelle se heurte la femme, soit au sein de la famille, dans l’espace public, ou en milieu professionnel, pourrait être le principal mobile qui l’empêcherait de travailler, a-t-elle souligné.

Présidant une veillée-débat, hier vendredi au CREDIF, sur « l’égalité des salaires et l’accès des femmes aux postes de décision », la ministre a appelé à diriger les politiques et les budgets vers l’objectif d’élimination de toutes les formes de discrimination et d’exclusion basées sur le genre social, afin de garantir la participation de la femme à l’action de développement.

Elle a encore indiqué que plus de 40 mille affaires de violence contre la femme et les enfants ont été enregistrées, pendant la période de février 2018, date de l’entrée en vigueur de la loi portant sur l’élimination de toutes les formes de violence faites aux femmes, jusqu’en décembre 2018.

Plus de 6500 appels ont été reçus sur le numéro vert, et 1600 femmes victimes de violence ont été prises en charge par les délégations régionales de la femme et de la famille dans les 24 gouvernorats, avec une moyenne de six cas par jour.

62 % ont été victimes de violence matérielle et 5 % de violence sexuelle, a-t-elle dit.

Gnet