Première réunion du conseil de dialogue social autour de Chahed à la Kasbah

27-02-2019

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a présidé hier après-midi, mardi 26 février, la première réunion du conseil national de dialogue social, en présence des membres de son bureau, notamment le ministre des Affaires sociales, le président de l’UTICA et le Secrétaire Général de l’UGTT.

Le locataire de la Kasbah a affirmé que le conseil de dialogue social était « un nouveau jalon à même de consolider le dialogue social constructif et fructueux entre les différentes parties, ce qui est de nature à aplanir les difficultés, à examiner les affaires sociales et à en faciliter le règlement ».

La réunion a porté notamment sur le règlement intérieur du nouveau conseil, dont une copie a été transmise à Youssef Chahed, les points qui sont à l’ordre du jour de ses travaux et ses programmes à venir, a fait savoir Mohamed Trabelsi.

Le Conseil de dialogue social est constitué de 35 membres représentant le gouvernement, 35 membres représentant l’organisation syndicale la plus représentative, 30 membres représentant l’organisation patronale la plus représentative dans le secteur non agricole, et 05 membre représentant l’organisation patronale la plus représentative dans le secteur agricole, comme le stipule le décret gouvernemental le régissant, d’août 2018.

Le conseil qui s’est réuni pour la première fois ne novembre 2018 est constitué de six commissions chargées notamment des ressources humaines, emploi et formation professionnelle ; des relations professionnelles et du travail décent, de la protection sociale, du pouvoir d’achat et de la compétitivité, etc., a souligné Mohamed Trabelsi lors d’un point de presse à la Kasbah, à l’issue de la réunion.

Des lois et des affaires en relation avec ces thèmes lui seront soumises. Le conseil a le droit, de surcroît,  de s’auto-saisir de certaines questions et de les présenter soit au gouvernement soit au parlement, a ajouté le ministre.

La réunion a, par ailleurs, abordé la question du siège qui devra abriter le conseil, qui, a-t-il dit, a commencé ses travaux dans les locaux du ministère des AS ainsi que de ceux des organisations patronale et syndicale.

Noureddine Taboubi a souligné que le dialogue social n’était pas « étranger » à la Tunisie, saluant ce conseil qui permettra d’aplanir les difficultés via « un dialogue mûr et responsable », et « d’instaurer une culture de dialogue ».

Le dialogue est permanent entre le gouvernement et les partenaires sociaux et entre l’UGTT et l’UTICA , a déclaré Samir Majoul, ajoutant que ce « conseil va plancher sur les lois et les programmes en mesure d’améliorer la situation économique et sociale de la Tunisie ».

Gnet

 

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun