Quelle stratégie pour promouvoir les exportations agricoles et réduire le déficit ?

11-07-2019

La conférence nationale sur l’exportation des produits agricoles, organisée par le ministère de l’agriculture, se déroule du 9 au 11 juillet 2019 à Gammarth.

L’objectif est d’élaborer une stratégie de développement des exportations des produits agricoles, à travers des ateliers de travail dédiés aux cadres et responsables des ministres de l’agriculture, du commerce, de l’industrie, des finances et du transport, qui donneront leurs recommandations à la fin du programme.

Par ailleurs, les ateliers seront axés sur l’amélioration de la production et la bonne gouvernance, l’adaptation avec les exigences des marchés internationaux, et les services de transport et la logistique.

Déficit de la balance commerciale alimentaire
Le déficit de la balance commerciale alimentaire s’est aggravé, entre 2010 et 2018, contrairement aux années 2015 et 2018 qui ont fait l’exception grâce à des saisons agricoles satisfaisantes, durant lesquelles la production de l’huile d’olive a pu rééquilibrer les pertes, a souligné le ministre de l’agriculture, Samir Taieb.

« La couverture des importations par les exportations durant la période 2010/2018, a marqué une baisse de 75%, contre 87% entre 2000 et 2009 », a-t-il ajouté.

Selon lui, ces facteurs sont à l’origine de l’augmentation des importations comparées aux exportations. « Les augmentations se sont encore amplifiées avec l’élévation des prix au niveau des marchés internationaux, qui coïncide avec la dépréciation du dinar tunisien ».

Le ministre de l’agriculture a appelé à faire face à la conjoncture économique actuelle, en repensant les politiques sectorielles, et en mettant en place une réforme structurelle, en collaboration avec toutes les institutions concernées.

Il a aussi recommandé de favoriser l’augmentation de la valeur des exportations, et de limiter les importations, « c’est là, la solution la plus efficiente pour réduire le déficit de la balance commerciale alimentaire », conclut-il.

Il a par ailleurs rappelé l’importance de la contribution des exportations des produits agricoles et alimentaires, qui ont occupé la deuxième place du total des exportations durant la période 2010-2018, après les produits industriels, les mines et l’énergie.

Les statistiques ont affiché une augmentation moyenne de 9.3% contre 8% entre l’année 2000 et 2010, a-t-il dit.

Il a aussi expliqué que « la valeur des échanges commerciaux alimentaires, a marqué un accroissement remarquable, avec une augmentation de 6.6% des importations, et des exportations de 5.9% (à prix constants) ».

« Ces chiffres illustrent l’origine du creusement du déficit commercial alimentaire, sachant que la valeur totale des exportations des produits agricoles a connu en 2018 une augmentation de 37% par rapport à l’année 2017 ».

L’huile d’olive a néanmoins occupé la première place des exportations durant l’année 2018, avec 43.5% de revenu, suivie par les dattes qui contribuent à raison de 15.2%. Quant aux produits de pêche, ils occupent la troisième place, avec 9.5% ».

Emna Bhira

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun