Routes coupées, oueds en crue à Kairouan et Monastir, les autorités régionales sur le qui-vive

21-03-2019

La direction générale de la garde nationale annonce une interruption du trafic au niveau de certaines routes à Kairaoun et Monastir, suite à la chute d’importantes quantités de pluies.

La route reliant el-Alam et Sisseb (Kairouan) est coupée du fait de la montée du niveau de l’eau d’oued el-Arish, le trafic ne peut être dérouté. Idem pour la route reliant el-Alam et Diraât dans la même région, du fait du débordement d’oued el-Balaâ, là aussi, la circulation en peut être déviée.

A Monastir, la route régionale n’o 93 à l’entrée de la région Masdour (délégation de Bembla) reliant Jammal et Bembla est coupée, du fait de la crue d’oued el-Maleh, le trafic routier ne peut être dévié.

Des pluies diluviennes se sont abattues sur Kairouan ces dernières 24 heures, (entre mercredi et jeudi), avec un record à la délégation d’el-Alam (140 mm). Dans le reste des délégations, une importante pluviométrie a été enregistrée ces dernières 24heures : Nabhana (114 mm), Sbikha (113 mm), Kairouan ville (76 mm), Aïn Jalloula (70 mm), Oueslatia (70 mm), Chebikha (49 mm), Haffouz (42 mm), el-Ala (40 mm), etc. Sidi Saâd, Hajeb et Bou Hajla ont été les moins touchés par les précipitations avec respectivement : 17 mm, 17 mm, et 11 mm.

A Monastir, les autorités régionales maintiennent l’alerte à son plus haut niveau.

Réunie hier après-midi, mercredi 20 Mars, autour de son président et gouverneur de la région, Mounir Hamdi, la commission régionale de lutte contre les catastrophes et d’organisation des secours a pris les précautions nécessaires, face aux risques d’inondations et du débordement des oueds, s’agissant notamment de définir les points bleus, et de protéger les réseaux d’eau, d’électricité, et de télécom, limitrophes aux oueds.

La commission qui demeure en état de réunion permanente appelle à la coordination entre les différents intervenants pour des interventions immédiats et efficientes, en vue de protéger les personnes et les biens publics et privés.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun