Tariq Ramadan assume, s’excuse et dit mener « un combat pour l’innocence » !

06-09-2019

L’islamologue Tariq Ramadan a reconnu hier, sur RMC/ BFM avoir menti au départ, « pour se protéger et protéger sa famille ». Il a dit avoir menti sur des « relations consenties », et non sur des viols. «Je n’ai pas menti sur la réalité des viols, il n’y a pas eu viols » , a-t-il affirmé, selon une vidéo mise en ligne.

Tariq Ramadan qui s’exprime pour la première fois dans les médias depuis deux ans, où il est visé par des accusations de viol, estime : « Mon mensonge est complétement différent du mensonge des femmes qui disent avoir été violées ».

Il a affirmé avoir été victime d’un « traquenard », qualifiant ses plaignantes de « menteuses », « elles se connaissent, et changent de versions ». Il a exclu toute violence dans sa vie, « je déteste la violence, je suis un homme de paix, un homme de dialogue ».

Il a ajouté ne pas connaitre la femme, la dernière à avoir déposé plainte, qui l’accuse de « viol en réunion ». Ce soir-là, « je donnais une conférence à Baltimore, c’est facile à vérifier et aucun média ne l’a fait ! » , a-t-il souligné.

Tariq Ramadan a dit « assumer dans sa vie avoir été en contradiction avec certains de ses principes ». Il a présenté ses « excuses à sa famille, sa femme, à Dieu et à ceux que j’ai déçu dans la communauté musulmane ».

A la question de Jean-Jacques Bourdin qui l’interrogeait s’il était « un imposteur », il a répondu : « Je ne suis pas un imposteur, je suis un homme avec toutes ses contradictions ».

Il a affirmé qu’il allait se battre jusqu’au bout pour prouver son innocence : « si on peut avoir des défaillances morales, ça ne veut pas dire qu’on est coupable sur le plan du droit », a-t-il souligné.

Tariq Ramadan va revenir sur ces faits dans son livre «Devoir de vérité », qui sortira le 11 septembre en France.

Gnetnews

Lire aussi

National National National National Tunisie : Faouzi Mehdi dévoile les phases de la c