Tunisian Smart City : Une caravane sillonnera les 24 gouvernorats en deux temps

24-04-2019

Une caravane Tunisian Smart City à l’assaut des villes tunisiennes. Celle-ci fera le tour de la Tunisie en deux étapes. Une conférence de presse a été organisée ce mercredi 24 avril au siège du ministère des technologies de la communication et de l’économie numérique afin de présenter cette initiative, en présence du ministre, Anouar Maarouf. L’objectif étant de sensibiliser les acteurs socio-économiques au concept Smart City.

La Smart City est une notion qui permet de réfléchir aux enjeux relatifs à l’aménagement intelligent et durable des territoires, en utilisant les nouvelles technologies afin de faciliter la vie des citoyens.

L’accélération de l’urbanisation dans le monde a fait apparaitre des mutations socio-économiques importantes et la Tunisie n’y a pas échappé. Aujourd’hui, 70% de la population tunisienne est installée en ville, qui ne représentent que 10% de l’ensemble du territoire.

Président de l’Association Bizerte 2050, Borhene Dhaouadi est le promoteur du concept Smart City en Tunisie. Bizerte constitue le berceau de la ville intelligente. C’est là-bas que les premiers projets ont vu le jour. Pour lui, « il faut utiliser ce qui a été fait à Bizerte pour enclencher une dynamique avec les autres villes. C’est là tout l’enjeu de cette caravane des régions ».

Bizerte a déjà avancé quelques projets. Présent à l’évènement, le maire a prévu le lancement dans deux semaines d’un système de géolocalisation par GPS des camions-benne afin de mieux gérer le ramassage des ordures ménagères. Autre avancée, celle de la mise en place de la demande de permis de construire en ligne.

Le bus, floqué aux couleurs de la Smart City, a prévu son premier départ ce mercredi 24 avril, jusqu’au 1er mai. Parmi les partenaires de ce voyage, on retrouve notamment la Sotetel, L’Agence Nationale d’Internet, la Poste Tunisienne, différents ministères ou encore le Centre d’Etudes et des Recherches des Télécommunications (CERT). Au total, la caravane sillonnera 10 villes à travers la République (Bizerte, Tabarka, Le Kef, Kairouan, Tozeur, Gabes, Sfax, Mahdia, Sousse, Hammamet et le Grand Tunis).

Les participants rencontreront les municipalités afin de faire connaître le concept de Smart City. « Un kit d’implantation sera distribué à chaque ville avec une version 0 de ce que pourra être leur ville sur une vision de 30 ans. A elles ensuite de construire leurs rêves », explique Borhene Dhaouadi.

Il sera question notamment de déplacements, de mobilité, de sécurité, de gestion de l’eau et d’électricité ou encore d’agriculture…autant de domaines qui impactent directement le quotidien des habitants des villes.
Dans un second temps, ces villes volontaires devront fournir leur propre catalogue de projets afin d’être labélisés « Tunisian Smart City ».

Pourtant, cette notion peut paraître encore abstraite pour un pays comme la Tunisie. Elle apparaît comme un luxe quand on pense aux difficultés financières auxquelles font face les municipalités. Pour Anouar Maarouf, ministre des TIC, « la Smart City n’est pas un luxe mais une nécessité ». Il a ajouté que « ce projet faisait partie intégrante du programme Tunisie Digitale 2020. Cette caravane sera l’occasion de créer une dynamique nationale et surtout régionale et de mettre en avant le marché du digital, une opportunité de créer de l’emploi ».

Pour ce qui est du financement et des moyens humains de la Smart City, Anouar Maarouf rassure. « Nous avons toutes les compétences humaines pour réussir. Nous avons un réseau important de Start-up qui planchent déjà sur ce sujet. Pour ce qui est du budget, nous pourrons avoir recours aux partenariats public/privé et obtenir des enveloppes de bailleurs de fonds internationaux, si nous montrions que nous pouvons le faire ».

La deuxième tournée de la caravane aura lieu du 27 juin au 4 juillet prochain. Elle ira cette fois-ci dans les villes de la Marsa, l’Ariana, Nabeul, Beja, Zaghouan, Monastir, Kasserine, Sidi Bouzid, Gafsa, Djerba et enfin Tataouine. Elle bouclera ainsi les 24 gouvernorats du pays.

Wissal Ayadi

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun