Tunisie/ Secondaire : La fusion des 1er et 2è trimestre objet de désaccord entre le ministère et le syndicat

13-02-2019

Un différend oppose de nouveau le ministère de l’Education au syndicat général de l’enseignement secondaire sur le calcul des moyennes du premier et deuxième trimestre, à l’issue de la réunion de la commission mixte tenue les 11 et 12 février, pour examiner les dispositions pédagogiques nécessaires à la réussite de l’année scolaire.

Le ministère de l’Education propose de fusionner les premier et deuxième trimestre, alors que le syndicat suggère de  se limiter à additionner les notes des devoirs de contrôle du premier trimestre et des devoirs de synthèse du deuxième trimestre. 

Intervenu hier, mardi, au JT de 20 heures d’al-Wataniya, le directeur Général du cycle préparatoire et de l’enseignement secondaire, Hatem Amara, a indiqué que le ministère de l’Education propose la fusion des 1 et 2ème trimestre, tout en appliquant un même coefficient à la moyenne obtenue, le même que celui appliqué à la moyenne du troisième trimestre. Le ministère fait ce choix, étant entendu que certains enseignants ont pu organiser les devoirs de synthèse pendant le premier trimestre, a-t-il expliqué en substance, soulignant néanmoins que la responsabilité reste celle de l’enseignant qui est le plus au fait de l’intérêt de l’élève et le plus habilité à l’évaluer.

Le syndicat suggère, néanmoins, d’intégrer les premier et deuxième trimestre, en se limitant à prendre en compte les notes des devoirs de contrôle organisés pendant le premier trimestre, et les notes des devoirs de synthèse qui auront lieu au cours de ce deuxième trimestre, outre les notes des épreuves orales et appliquées. Le syndicat considère que seule une minorité d’élèves a pu subir les devoirs de synthèse au cours du premier trimestre, d’où son rejet des propositions du département de tutelle.  

"Le ministère s’est attaché pour des raisons non pédagogiques à la prise en compte des notes des devoirs de synthèse du premier trimestre, ce qui attente à l’intérêt des élèves et au principe d’égalité des chances", indique le syndicat, désapprouvant une telle démarche, et faisant assumer au ministère "la responsabilité morale et légale et les conséquences qui en découleront pour la marche du dispositif éducatif".

Mise à part cette pomme de discorde, il a été convenu, à l'issue de cette réunion pédagogique, de garder les calendriers des vacances, des devoirs de synthèse du deuxième trimestre et des examens nationaux, inchangés.

Ainsi la période du 11 au 23 février sera consacrée à la poursuite normale des cours, et celle du 25 février au 09 Mars 2019, verra le déroulement des devoirs de synthèse.

Le ministère et le syndicat étaient parvenus le week-end dernier à un accord ayant mis un terme à la crise, grave et inédite, ayant secoué les collèges et lycées pendant des mois. Les cours ont repris normalement le lundi 11 février, après les vacances. Ce nouveau désaccord risque de jeter encore de son ombre sur une atmosphère scolaire encore vulnérable, a fortiori que les élèves et leurs parents ne se sont pas encore remis de l’épisode difficile qu’ils viennent de vivre.

Les deux parties doivent rapidement trouver un terrain d’entente et clarifier leur position pour éviter une nouvelle brouille, qui risque d’être fatale sur le moral des élèves, et sur la bonne marche de ce qui reste de l’année scolaire.

Gnet