Un prêt de 25 millions d’euros de la BAD pour le développement de l’Agriculture à Zaghouan

19-07-2019

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement a approuvé un prêt de plus de 25 millions d’euros pour le financement du Projet de développement et de promotion des filières agricoles dans le gouvernorat de Zaghouan (PDPFA).

En favorisant un développement durable des filières agricoles, cette nouvelle opération contribuera à renforcer la dynamique d’inclusion économique et sociale en vue d’améliorer les conditions de vie, notamment des jeunes et des femmes du gouvernorat.

Afin d’élever les niveaux de productivité et de valeur ajoutée, le projet soutient notamment les filières oléicole, laitière et des produits issus de l’agriculture biologique et du terroir à fort potentiel, en termes de création d’emploi et de revenus.

« Avec une logique de transformation porteuse d’une plus grande valeur ajoutée, le projet a pour ambition de consolider la contribution du secteur agricole à la dynamique de croissance, au bénéfice des populations du gouvernorat de Zaghouan », a déclaré Mohamed El Azizi, directeur général de la Banque africaine de développement pour la région Afrique du Nord.

Le projet mettra ainsi en place de nouvelles pistes agricoles et procèdera à la création et à la réhabilitation de périmètres irrigués. Il est également question de réaliser de nouveaux forages et puits de surface pour améliorer la mobilisation des ressources hydriques, avec à la clé des économies d’eau. Des actions de nature à soutenir le développement des chaînes de valeur des filières agricoles porteuses et à consolider la résilience des systèmes agro-écologiques.

« En dehors d’une logique de renforcement de la productivité qui bénéficiera à plus de 12000 habitants dont plus de la moitié sont des femmes, ce projet est également un projet d’adaptation aux changements climatiques » a indiqué, pour sa part, la directrice générale adjointe et responsable-pays de la Banque pour la Tunisie, Yacine Diama Fal.

Aligné sur trois des cinq priorités stratégiques de la Banque (appelés « High5 »), le projet contribue principalement à l’atteinte de l’objectif « Nourrir l’Afrique », tout en participant à la mise en œuvre de deux autres priorités, à savoir « Industrialiser l’Afrique » et « Améliorer la qualité de vie des populations ».

Dans la continuité de l’appui historique de la Banque, le PDPFA est en parfaite adéquation avec les objectifs du Plan stratégique de développement de la Tunisie 2016-2020. Des objectifs qui consistent à promouvoir une agriculture compétitive et durable, à gérer durablement les ressources naturelles et à garantir un revenu décent aux agriculteurs.

Le partenariat entre la Tunisie et la Banque africaine de développement dure depuis plus d’un demi-siècle, totalisant un engagement financier de près de 9 milliards de dollars américains. Ces financements couvrent différents secteurs, dont l’énergie, l’eau, les transports, l’agriculture et le développement social.

Communiqué

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun