Zarif dénonce une équipe B qui entraîne Trump vers une guerre avec l’Iran

25-04-2019

Reuters – Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, estime que Donald Trump ne souhaite pas une guerre avec l’Iran mais que le président américain pourrait y être poussé sous l’influence notamment du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et de son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton.

Dans une interview accordée mercredi à Reuters au siège de la mission diplomatique iranienne auprès des Nations unies, à New York, le chef de la diplomatie iranienne dit également craindre qu’un complot soit orchestré contre Téhéran, allant jusqu’à émettre l’hypothèse que des personnes organisent un « accident » afin de déclencher une crise plus large.

« Je ne pense pas qu’il veuille d’une guerre. Mais cela n’exclut pas qu’il puisse y être entraîné », dit-il de Trump. Zarif pointe notamment l’influence selon lui néfaste du conseiller à la Sécurité nationale de la Maison blanche, John Bolton, et du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qu’il regroupe sous l’expression de « l’équipe des B ».

« Ceux qui ont dessiné les contours de la politique (américaine à l’égard de l’Iran) ne veulent tout simplement pas d’une solution négociée. Mais soyons clairs, il est évident que l’Iran ne cherche pas la confrontation, mais il ne manquera pas de se défendre », a-t-il dit.

Aucun commentaire n’a pu être obtenu auprès de la Maison blanche.

Zarif a dit craindre qu’un complot soit orchestré contre Téhéran, allant jusqu’à émettre l’hypothèse que des personnes organisent un « accident » afin de déclencher une crise plus large.

Les tensions entre Washington et Téhéran se sont accrues avec la décision de Donald Trump, annoncée il y a près d’un an, de retirer les Etats-Unis de l’accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien, puis de placer ce mois-ci les gardiens de la Révolution islamique, le corps d’élite des forces armées iraniennes, sur leur liste des organisations étrangères terroristes.

Le président américain a par ailleurs décidé de ne pas renouveler les exemptions qui permettaient à huit pays de continuer à importer du brut iranien, Washington voulant tarir complètement les exportations de pétrole iranien, selon une annonce faite lundi par la Maison blanche.

Zarif a déclaré que l’Iran agirait avec « prudence » en réaction aux mesures, selon lui dangereuses, prises par les Etats-Unis.
« Nous ferons preuve de prudence, mais cela ne signifie pas que si les Etats-Unis changeaient les règles du jeu, ou les règles d’engagement, ils pourraient s’en sortir », a-t-il dit.

Le ministre iranien a indiqué que Téhéran continuerait à trouver des acheteurs pour son pétrole. « Des moyens existent toujours pour contourner les sanctions. Nous avons un doctorat dans ce domaine », a-t-il déclaré, sans vouloir en dire davantage.

Plus tôt dans la journée, lors d’une allocution devant l’Asia Society, le chef de la diplomatie iranienne avait martelé que l’Iran allait « continuer à vendre son pétrole ».

« Nous continuerons à utiliser le détroit d’Ormuz comme point de passage », avait précisé Zarif.

Si les Etats-Unis tentent de l’en empêcher, ils devront « être prêts à en subir les conséquences », avait-il ajouté.

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun