Tunisie/ Gaza : Boycott ou pas, ça ne change rien à la tragédie arabe !

Publié le Lundi 14 Juillet 2014 à 13:43
La guerre contre Gaza est perpétrée dans l'indifférence générale. De nombreux partis ont annoncé leur intention de boycotter la fête du 14 juillet, organisée ce soir à la résidence de l’ambassade de France à la Marsa, en protestation de la position officielle française envers l’agression israélienne contre la bande de Gaza. François Hollande a pris fait et cause pour Israël dans sa guerre meurtrière contre Gaza, condamnant les agressions qui le visent par les roquettes palestiniennes, sans dire un mot sur les civils palestiniens, femmes, hommes et enfants, tués sauvagement sous les décombres de leurs maisons, bombardées par l’aviation israélienne.

Le boycott du 14 juillet est la moindre des choses que les politiques tunisiens puissent faire pour sauver l’honneur, mais cela va-t-il changer en quoi que ce soit la position de la France ? Constitue-t-il un quelconque moyen de pression pour inciter la France, et à travers elle, l’Occident, à adapter leurs positions envers les causes justes, dont la cause palestinienne, aux slogans de justice, d’égalité et des droits de l’Homme dont ils réclament la paternité. Aucunement, Hélas.

Même si Hollande semble avoir mis du bémol, son appel dimanche pour un cessez-le-feu "le plus rapidement possible" entre Israël et les Palestiniens à Gaza, ne dit rien, excepté le fait qu’il met la force d’occupation, et le peuple colonisé qui ne fait que défendre ses terres, et se bât pour la reconquête de sa liberté et sa souveraineté, sur un pied d’égalité.

La position de la France et de l’Occident en général envers la cause palestinienne, et leur totale allégeance à Israël, sont aussi vielles que l’avènement de l’entité sioniste en 1948. Les mots choisis pour exprimer de telles positions peuvent différer d’un communiqué à l’autre et d’un discours à l’autre, histoire de faire semblant d’impartialité, mais le fond est toujours immuable et inchangé : Israël a tous les droits, et les Palestiniens n’ont aucun droit.

Cette énième guerre qui s’abat sur la population de Gaza pour le 8ème jour consécutif, laisse apparaître l’agresseur israélien sous son style le plus barbare et le plus génocidaire. L’aviation israélienne donne une poignée de secondes, et au meilleur de cas quelques minutes, aux Gazaouis, pour évacuer leurs maisons, avant qu’elles ne soient réduites en champ de ruines sous un déluge de feu. Nombreuses sont les familles palestiniennes décimées pour ne pas avoir eu le temps de s’échapper.

Le crime sioniste est indicible, il est perpétré avec la complicité de l’Occident soit, mais pas uniquement. Le silence des Arabes, et leurs réactions timorées ne font que conforter l’agresseur dans son oppression, et augmenter la souffrance des victimes.

L'offensive contre Gaza se déroule dans l’indifférence générale, à l’heure où la région arabe traverse l’épisode le plus sombre de son histoire. Gaza est livrée à elle-même, plus qu’autrefois, car les foyers de tension se sont multipliés dans la région arabe, Syrie, Irak, Yémen, Libye…le quotidien des Arabes est d’ores et déjà ponctué par les affrontements armés, les carnages, et l’effusion de sang.

Gaza est-elle aussi abandonnée par l’Egypte, de tout temps son premier secours naturel, et dont le rôle et la médiation ont toujours permis d’alléger le calvaire de la guerre pour les Palestiniens. Plus aujourd’hui, où même le point de passage de Rafah, seul issue pour les Gazouis, est ouvert avec parcimonie, laissant passer les blessés palestiniens et les aides humanitaires au compte goutte.

La cause palestinienne a été, depuis le déclenchement du conflit israélo-palestinien, voire israélo-arabe, au centre des conclaves et des agendas arabes, sans que rien de concret n’ait pu être fait pour rendre aux Palestiniens leurs droits spoliés. Aujourd’hui, l’intérêt arabe, déjà peu agissant, baisse davantage, et la Palestine ne semble plus avoir le monopole de l’empathie et de la sollicitude arabes dans une région enlisée dans les affrontements et les conflits armés. Au ban de la sphère d’influence mondiale, les Arabes l’ont toujours été, ils le sont encore plus aujourd’hui, c’est ce qui fait que l’Occident piétine davantage leur fierté et leur dignité et fait peu de cas de leur irascibilité, lorsque leurs constantes sont transgressées.

Les alliés d’Israël, Europe et Etats-Unis notamment, sont en train d’atteindre leurs fins dans la région, beaucoup plus rapidement qu’ils ne l’imaginaient. Ils sont parvenus à en déstabiliser plusieurs pays de l’intérieur, à y attiser les guerres fratricides et les conflits confessionnels et ethniques, avec l’aide des gouvernements arabes.  

Dans ce chaos arabe généralisé, la visée sioniste pour le Grand Israël parait plus que jamais redoutable. A moins que les Arabes arrivent à renverser la vapeur, et ce n’est pas en boycottant les fêtes nationales qu’ils y parviendront, même si cela reste symboliquement nécessaire.
H.J.


 

Commentaires 

 
+1 #3 RE: Tunisie/ Gaza : Boycott ou pas, ça ne change rien à la tragédie arabe !
Ecrit par Royaliste     15-07-2014 07:52
aux ghannouchis qui ont envoyés des milliers de jeunes hommes pour charcuter le peuple syrien et des milliers de jeunes filles pour les divertirs... la Palestine est juste au sud de la Syrie, si jamais
 
 
+1 #2 RE: Tunisie/ Gaza : Boycott ou pas, ça ne change rien à la tragédie arabe !
Ecrit par Haikkonnen Mira     14-07-2014 16:19
Bande d'hypocrite , vous le peuple tunisien, algerien , marocain , egyptien , libyen , vous etes nombreux mais vous avez rien (...)
Face a un tel massacre je suis abasourdie et surprit par votre manque de courage pour aller les aidés .
Je me souviens de l'invasion allemande au sud de la Norvege, aujourd'hui je vis en tunisie avec une femme tunisienne, je suis tomber de haut , je pensais pas que les nords africains était si lâche.
 
 
-2 #1 Tragédie ...
Ecrit par A4     14-07-2014 15:58
Et comment peut-il en être autrement?
La vraie tragédie réside dans le fait que l'on essaye de vivoter au 21ème siècle avec les "valeurs" et les mentalités du 7ème siècle...
Les gens normaux regardent vers l'avant, les autres sont à la recherche du salaff !
 
Ces commentaires n'engagent que leurs auteurs, la rédaction n'en est, en aucun cas, responsable du contenu.