« 50 ans après sa fondation, Ennahdha va présenter pour la 1ère fois un candidat à la présidentielle » (Harouni)

22-06-2019

Le mouvement Ennahdha compte présenter, « pour la première fois, cinquante ans après sa fondation un candidat à l’élection présidentielle », un point qui est à l’ordre du jour de Majless al-Choura qui se tient depuis hier, dans sa 28ème édition.

Dans un point de presse, le président du conseil consultatif, Abdelkarim Harouni, a déclaré que le dossier de la présidentielle allait être discutée lors de cette session, « pour examiner la candidature d’une personnalité de l’intérieur ou de l’extérieur du mouvement, en tenant compte de l’intérêt du pays, avant l’intérêt d’Ennahdha ».

Il a ajouté que « le candidat du mouvement à la présidentielle, selon ses statuts, est son président, Rached Ghannouchi », signalant que son mouvement reste « ouvert à construire un partenariat au pouvoir, avec les forces nationales sur la base d’un programme national de réformes en 2019 », des consensus qui restent tributaires des résultats des législatives, a-t-il indiqué en substance.

Harouni a évoqué en préambule les primaires organisés par son mouvement pour la formation de ses listes aux législatives dans les 33 circonscriptions.

Il a souligné que six mille dirigeants, cadres et jeunes du mouvement ont pris part à la première étape de la formation desdites listes, se félicitant de cette opération de démocratie interne « unique au sein des partis tunisiens et arabes ».

« Le bureau exécutif examinera ces résultats, dans un second temps, en vue de la formation de listes aidant à la victoire d’Ennahdha aux législatives, en fonction des critères de compétence, de rayonnement… et de la présence des femmes et jeunes », a-t-il dit.

Il a par ailleurs salué tous les blocs qui ont voté le projet d’amendement de la loi électorale, notamment celui d’Ennahdha présent avec 65 députés sur un total de 68 lors, ceux-ci ont pris, selon ses dires, « une position historique pour protéger la démocratie, ce qui représente une condition supplémentaire pour la réussite des prochaines élections ».

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun