(VIDEO) Khenissi veut parler en arabe, la rixe évitée de justesse

13-07-2019

A plus de 24h du coup d’envoi de la première demie finale de la CAN 2019 qui opposera la Tunisie au Sénégal au stade du 30 juin au Caire, le sélectionneur Alain Giresse s’est exprimé durant la conférence de presse d’avant match.

Le match su Sénégal sera différent de celui du Ghana : « Il faut beaucoup de travail de récupération. Le rythme auquel nous faisons face est assez soutenu. Après, c’est à nous de bien gérer pour être bien en forme. L’adversaire ? Je connais beaucoup de joueurs du Sénégal. Pour le reste, nous sommes conscients du challenge. La demie finale n’est pas un point d’arrivée ».

Avant la Tunisie, Giresse a toujours entrainé des équipes subsahariennes. Pour lui les différences avec l’Afrique du nord sont claires : « En Tunisie, le football se joue plus sur le plan tactique et mental. La façon de gérer les joueurs est clairement différente de celle des ceux de l’Afrique subsaharienne. Mais, la conception du football ne change pas trop. Il faut insister sur les points forts et exploiter tout le potentiel ».

De son côté, Taha Yassine Khenissi a déclaré : « Nous espérons pouvoir jouer comme nous l’avons fait contre le Ghana. Avec le même sérieux, la même rigueur et la même soif de gagner. Après, il faudra que nous ayons aussi de la réussite ».

NB : Durant cette conférence, Taha Yassine Khenissi a refusé de parler en français, ce qui a provoqué la colère des médias sénégalais. L’interruption a duré une dizaine de minutes, empêchant les médias présents de poser d’autres questions. La rixe entre les journalistes des deux pays a été évitée de justesse.

De notre correspondant, Selim Slimi

1 Auteurs du commentaire
plus récent plus ancien Le plus populaire
Anonyme

Khenissi a eu son heure de gloire, c’est pas de l’arabe que tu parles mais bien derja…

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun