Jhinaoui évoque avec Haftar un cessez-le-feu immédiat en Libye

19-04-2019

Le ministre des Affaires étrangères, Khemaïs Jhinaoui, a appelé, hier jeudi 18 avril, lors d’une communication téléphonique avec le Maréchal Khelifa Haftar, à « un cessez-le-feu immédiat en Libye », et « à épargner le sang des Libyens, comme il a appelé à la nécessité de parachever les étapes du processus politique, sous l’égide des Nations-Unies, dans les délais les plus proches ».

Le département du Nord-Hilton indique ce vendredi 19 avril dans un communiqué, que le ministre a considéré qu’ »il ne pouvait y avoir un règlement de la crise libyenne, que par le dialogue et la négociation ».

Il a affirmé la nécessité d’œuvrer à trouver « une plateforme consensuelle » entre les belligérants à Tripoli, et dans d’autres régions libyennes, permettant « de mettre en place les mécanismes à même de régler les différends inter-libyens loin du langage des armes. » « Ce qui unit les protagonistes libyens, est beaucoup plus important que ce qui les divise, » a-t-il souligné.

Haftar a dit son souci de mettre fin à l’opération militaire dans plusieurs régions dans les délais les plus proches, signalant que « ses forces étaient en train de combattre des parties armées irrégulières, qui contrôlent, indûment, certaines régions de la capitale, et qu’elles œuvraient à préserver les civils et à éviter l’effusion de sang ».

Le ministre des AE mène des contacts avec les différents acteurs de la scène libyenne afin de les inciter à faire montre de retenue, à faire valoir le langage du dialogue, et à mettre un terme à l’escalade militaire, selon la même source.

Jhinaoui avait appelé hier, l’émissaire onusien en Libye, Ghassen Salamé, le ministre des AE libyen, Mohamed Taher Siala, comme il a reçu le président du conseil supérieur de l’Etat libyen, Khaled Mechri, ajoute-t-elle.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun