La justice algérienne émet 134 interdictions de voyage, contre des politiques, hommes d’affaires…algériens

03-04-2019

La justice algérienne a émis 134 décisions d’interdiction de voyage contre 134 personnalités, par mesure de précaution.

La liste comprend des politiques, des hommes d’affaires, des ex-accusés dans des affaires de la compagnie pétrolière, outre des chefs d’entreprises médiatiques, des Walis et leurs enfants, rapporte le site de la Russie aujourd’hui (RT), citant des sources judiciaires.

Le parquet avait rendu public, auparavant, un communiqué sur l’enclenchement d’enquêtes en première instance.

L’homme d’affaires, Ali Haddad, proche du frère du président démissionnaire, Saïd Bouteflika a comparu hier devant le juge d’instruction au tribunal Bir Mourad Raïs, pour détention de trois passeports, d’une manière illégale.

Haddad a été arrêté, lors de sa tentative de quitter l’Algérie vers la Tunisie, avant qu’il ne soit interpellé au passage frontalier, Oum Tboul, sur les frontières terrestres algéro-tunisiennes.

Haddad compte parmi les hommes d’affaires influents pendant le règne du président démissionnaire, Abdelaziz Bouteflika. Il a été accusé par l’opposition de bénéficier d’importants crédits bancaires, avec des facilités des autorités centrales, et d’exonérations fiscales, et d’avoir une influence sur la prise de décision politique, du fait de sa grande proximité de Saïd Bouteflika.

L’ex-chef du gouvernement, Abdelmajid Tebboune, a été écarté de son poste suite à un différend avec Haddad. Ce dernier avait présenté auparavant sa démission du plus grand club d’hommes d’affaires algériens, avant qu’il ne soit arrêté.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun