Les Guerres de Syrie : Michel Raimbaud porte un autre regard sur le conflit syrien

10-04-2019

Michel Raimbaud, diplomate, ambassadeur de la France pendant plus de dix ans, s’apprête à publier un essai intitulé Les Guerres de Syrie. « Je préfère parler des guerres en Syrie, il y a différents conflits qui se déroulent et qui n’impliquent pas les mêmes protagonistes », déclare-t-il dans un entretien diffusé sur sputniknews.

Selon sa perception, « la guerre en Syrie implique ce qu’on appelle faussement la communauté internationale. Il y a deux camps qui sont opposés : le gouvernement qui est la seule Syrie légale, son armée est légale, ses institutions sont légales et constitutionnelles et son président est légal, il y a la Russie, l’Iran, le Hezbollah, des forces irakiennes et d’autres pays qui l’ont soutenu, à l’instar de l’Algérie. Dans l’autre camp, il y a le reste l’occident, y compris sa composante israélienne, les Etats-Unis qui sont le grand maître d’œuvre de cette affaire, et leurs alliés la France la Grande-Bretagne et l’union européenne.

Troisièmement, il y a les forces islamiques, deux obédiences qui sont en guerre stratégique l’une avec l’autre, les frères musulmans que soutiennent la Turquie et le Qatar et les wahhabites soutenus par les saoudiens ».

Le diplomate français rappelle dans une vidéo mise en ligne que « les premiers événements avaient commencé en 2011, et très vite il y a eu les premiers attentats contre l’armée syrienne. Très vite, Assad avait un fort soutien populaire et personne ne mettait en cause son pouvoir », a-t-il souligné, estimant que « le conflit a été d’emblée manipulé par des ONG dont les leaders, et les cyber-révolutionnaires ont été formés en occident, qui étaient actifs non seulement en Syrie, mais dans tous les pays du printemps arabe ».

Le diplomate affirme que « ça fait une éternité que la Syrie était sous pressions, signalant que le glissement terroriste était rapide dans cette guerre ».

« Avec l’entrée des djihadistes, l’armée libre syrienne s’est dissoute, les seuls qui ont maintenu son souvenir, ce sont les occidentaux qui voulaient avoir une opposition modérée », souligne-t-il, considérant que « la Syrie a eu à faire à 115 ou à 120 pays de la communauté internationale, c’était tous des agresseurs de la Syrie, le groupe des amis du peuple syrien, en rassemblait tous les ennemis ».

Mais, tous les experts disent que la Syrie a gagné et que Bachar a gagné la guerre, relève-t-il.

Le diplomate s’en est pris à la France pour son rôle actif en Syrie. Les syriens n’ont pas besoin de la France pour se reconstruire. Il pense, par ailleurs, que les crises humanitaires sont « des méthodes d’ingérence ». « On crée les crises humanitaires en incitant à la guerre, en poussant les réfugiés au départ, ça un double ressort : un ressort politique pour justifier une intervention militaire sous l’égide de l’ONU, ça n’a pas marché pour la Syrie, grâce au double veto chinois et russe. Le deuxième aspect, c’est le départ de millions de réfugiés, dont les élites, ça saigne le peuple syrien ».

Pour lui, « la Russie est une grande diplomatie, elle a des intérêts en Iran en Turquie, elle a les intérêts d’une grande puissance, et ses alliés sont divers ».

Il pense aussi que « l’Iran n’a jamais agressé aucun pays », que la Turquie n’a pas de prétention de faire ressusciter l’Empire Ottoman, et finira par se retirer de Syrie, mais « sans Erdogan il n’y aurait pas eu de Daesh, tous les djihadistes venaient de Turquie ».

L’ex-ambassadeur a encore souligné que « la guerre en Syrie a fait à peu près 450 millions de morts dont la moitié sont des forces de l’ordre, ça en dit long » (sur sa finalité). Raimbaud évoque aussi la fin de la guerre en Syrie, la reconstruction, la relation entre la Syrie et la Ligue arabe, etc.

Gnet

1 Auteurs du commentaire
plus récent plus ancien Le plus populaire
Anonyme

450 milles morts

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun