Algérie: dixième vendredi consécutif de manifestations

27-04-2019

AFP – Les rues du centre d’Alger ont été à nouveau noires de monde vendredi, le 10e consécutif de protestation à travers l’Algérie, contre les figures du « système » restées au pouvoir après la démission le 2 avril du président Abdelaziz Bouteflika.

L’importante mobilisation, constatée également dans d’autres villes du pays, semble montrer que les contestataires restent déterminés à obtenir satisfaction de leurs revendications prioritaires: le départ des figures du régime Bouteflika et la mise en place d’institutions de transition.

« Pas de demi-révolution », titrait en une l’édition week-end du quotidien El Watan, un appel à continuer à manifester jusqu’au départ du « système » dans son entier.

Comme chaque vendredi, le carrefour de la Grande Poste, bâtiment emblématique des manifestations à Alger, était bondé et le cortège s’est étiré sur plusieurs km le long sur divers axes, selon des journalistes de l’AFP.

Des manifestants ont accusé les forces de l’ordre d’avoir mis en place des barrages filtrants afin d’empêcher les contestataires d’accéder à la capitale.

Le cortège algérois s’est dispersé calmement en fin de journée, selon des journalistes de l’AFP. L’agence de presse officielle APS, qui a fait état des manifestations dans au moins 36 des 48 régions du pays, n’a recensé aucun incident dans le pays.

« Vous avez pillé le pays, voleurs! », ont scandé les manifestants, à l’issue d’une semaine marquée par le limogeage de personnalités symboles du pouvoir, l’annonce de poursuites judiciaires dans des affaires de corruption et l’incarcération de riches hommes d’affaires accusés de malversations.

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun