« C’est nous qui avons touché la mafia de la corruption » (Youssef Chahed)

18-04-2019

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a déclaré que son gouvernement était celui qui « a arrêté les têtes du dispositif de corruption, c’est lui qui a fait passer en un laps de temps court, plus de cinq lois, importantes et révolutionnaires, pour lutter contre la corruption. C’est lui qui a transmis des centaines de dossiers à la justice », a-t-il dit, saluant la justice qui « est en train de prouver chaque jour son indépendance et son adhésion à la guerre contre la corruption ».

Dans son adresse au peuple, mercredi soir, sur al-Wataniya, il a souligné que « la lutte contre la corruption ne revenait pas à des paroles, et au fait de salir les gens, mais à des actes », estimant que « ce qui s’est passé en deux ans en la matière, ne s’est pas fait pendant soixante ans ».

Youssef Chahed a pointé « les sceptiques qui n’ont rien fait », « ceux qui mettent en doute la guerre contre la corruption, lorsque les dossiers étaient entre leurs mains, ils ont reculé et ont eu peur de toucher le système et d’être électrocutés, c’est nous qui avons touché le système de la mafia, et le dispositif de corruption »(…). « Nous avons pris le risque, et avons assumé toutes les responsabilités », s’est-il vanté, s’engageant à continuer sur la même lancée.

Il a souhaité que les gouvernements qui allaient succéder au sien, « auront le courage suffisant pour continuer sur ce dossier, maintenant que le mur de silence est brisé. »

Chahed a encore affirmé qu’il agissait dans l’intérêt de la Tunisie : « je n’ai peur de personne, je ne protège personne et je ne cherche à satisfaire ou à plaire à personne ». Il a dit se garder « de répondre aux rumeurs et fake news », s’en prenant aux personnes dont le discours et l’attitude sont fixés à l’aune des intérêts électoralistes, qu’il dit ne pas en faire partie. « Je prends chaque décision, quoique difficile, à la lumière de ce dont le pays a besoin, et non des voix qu’elle me fera perdre ou gagner ».

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun