Chahed réagit au double-attentat suicide : « une opération lâche et ratée ! »

27-06-2019

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a qualifié le double-attentat suicide survenu ce jeudi à Tunis « d’opération terroriste lâche et ratée » qui traduit que « le terrorisme et les terroristes sont en état de désespoir, après les grandes réussites sécuritaires et militaires réalisées au cours des dernières années, notamment pendant le Ramadan ».

Dans une déclaration aux médias en marge de sa visite à la salle d’opérations centrale au ministère de l’Intérieur, il a indiqué que « l’opération vise à troubler les Tunisiens, l’économie tunisienne et la transition démocratique alors que l’on est à la veille d’une saison touristique et à quelques mois des élections ».

« Notre doctrine est ancrée, ces groupes n’ont pas de place en Tunisie et la guerre contre le terrorisme est existentielle et est de vie ou de mort », a-t-il affirmé.

Youssef Chahed a réitéré l’engagement de l’Etat « à neutraliser jusqu’au dernier terroriste en Tunisie », appelant les Tunisiens « à ne pas avoir peur, à être unis autour des forces sécuritaires et militaires, et à avoir confiance en leur Etat ».

Il a livré « un message d’unité contre le terrorisme, un message de la culture de la vie, contre la culture de la mort et de la destruction », prédisant que « la victoire est imminente ».

Le locataire de la Kasbah s’était rendu ce jeudi 27 juin, à la salle d’opérations centrale au ministère de l’Intérieur, pour suivre les évolutions sécuritaires, suite aux opérations survenues à la capitale.

Accompagné notamment du ministre de l’Intérieur, Hichem Fourati, il s’est enquis de la promptitude des unités sécuritaires déployées sur l’ensemble du territoire, selon la présidence du gouvernement.

Deux attentats suicide s’étaient produits ce jeudi à Tunis, à quelques minutes d’intervalle, l’un à la Rue Charles de Gaulle et le deuxième à el-Gorjani, faisant un mort parmi les sécuritaires, et huit blessés.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun