Christine Lagarde quitte le FMI pour la BCE, une Allemande à la tête de la commission européenne

03-07-2019

AFP – La patronne du FMI Christine Lagarde a fait carrière en brisant les plafonds de verre dans les couloirs de la finance internationale. Imposant un style empreint de féminisme, elle s’apprête maintenant à prendre les rênes de la Banque centrale européenne (BCE).

Première femme à piloter le prestigieux cabinet d’avocats d’affaires Baker McKenzie, première à occuper le poste de ministre français de l’Economie et des Finances (2007-2011) sous la présidence de Nicolas Sarkozy, elle fut aussi la première femme à être nommée, en 2011, directrice générale du Fonds monétaire international.

Le magazine Forbes l’avait consacrée en 2018 troisième femme la plus puissante au monde.
Un an plus tard, à 63 ans, Christine Lagarde, reconnaissable à ses cheveux courts argentés, ses vêtements haute-couture et son large sourire, va devenir la première femme à prendre la tête de la prestigieuse BCE pour huit ans.

Offrant le visage consensuel d’une femme végétarienne, sportive, non-fumeuse, Mme Lagarde a pourtant dû convaincre les sceptiques à son arrivée à Washington — c’est une politique pas une économiste — et redorer le blason de l’institution.

Quand elle arrive en 2011, elle trouve en effet un FMI traumatisé par le scandale sexuel qui a emporté son chef, un autre Français, Dominique Strauss-Kahn. Et l’institution est au coeur de la gestion des répliques de la Grande récession.

« Elle a su imposer le calme sans se poser en personne moralement supérieure », se souvient-on en interne.
« Elle est aujourd’hui très appréciée car elle a apporté une touche d’humanité », ajoute-t-on.

– Plus de femmes –
Mme Lagarde a aussi mis davantage en avant les problématiques sociales, évoquant sans ambages les inégalités aux Etats-Unis ou la nécessité de maintenir des dépenses sociales dans les plans de réformes économiques en Argentine par exemple.

Son CV exemplaire est seulement entaché par une décision de la justice française qui l’a déclaré coupable en décembre 2016 d’une « négligence » très coûteuse pour les deniers publics quand elle était ministre, dans un dossier mêlant l’homme d’affaires Bernard Tapie et la débâcle du Crédit lyonnais. Par égard pour sa « réputation internationale », elle a été dispensée de peine.

Cette mère de deux fils, l’un dans la restauration, l’autre architecte, a refait sa vie à 50 ans avec l’homme d’affaires français Xavier Giocanti.

C’est avec son mandat au FMI, renouvelé en juillet 2016, que sa carrière prend une nouvelle dimension.
Sans relâche, études chiffrées à l’appui, elle explique pourquoi les femmes sont essentielles à la croissance économique.

Au risque de froisser ses collègues masculins, elle n’hésite pas à dire que s’il y avait eu des femmes à la tête de la banque Lehman Brothers, il n’y aurait pas eu de crise financière mondiale, en tout cas d’une telle ampleur car les femmes ont une approche du risque différente.

Elle n’hésite pas non plus à citer des exemples personnels pour illustrer son propos.

Face aux dirigeants, elle s’exprime dans un anglais impeccable. Le 8 mars, elle confie pourtant à une foule réunie au Fonds à l’occasion de la journée internationale de la femme, que son niveau était médiocre adolescente, surtout pour la fille d’un professeur de littérature anglaise.

Elle fait aussi volontiers part de ses échecs (elle a raté deux fois le concours d’entrée à la grande école française Ena) ou des contretemps nécessaires dans sa carrière.

« C’est fait ! », avait twitté le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel, avant que le président du Conseil européen Donald Tusk ne publie la liste des noms et leurs photos.

Pour prendre la tête de la Commission, le nom de l’actuelle ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, une proche de la chancelière Angela Merkel, avait été proposé par le président français Emmanuel Macron.

La candidature de l’Allemande, qui a occupé plusieurs postes ministériels, avait reçu dans l’après-midi le soutien des quatre pays du Groupe de Visegrad (Hongrie, Slovaquie, République tchèque, Pologne).
Cette solution a permis d’ouvrir la voie à une Française, Christine Lagarde, pour prendre la tête de la Banque centrale européenne (BCE).

Le ticket von der Leyen/Lagarde permet à la France et à l’Allemagne d’obtenir chacune un poste européen d’envergure, et à la droite européenne de conserver la tête de la Commission. En outre, il respecte la parité souhaitée par des leaders européens pour les postes de pouvoir.

L’actuel Premier ministre libéral belge Charles Michel hérite lui de la présidence du Conseil européen, tandis que le poste de Haut représentant pour les Affaires étrangères est confié au ministre socialiste espagnol Josep Borrell.

Enfin, le nom du socialiste bulgare Sergueï Stanichev circule pour la présidence du Parlement européen, dont le vote est prévu mercredi.

Cette proposition met fin à plus de 48 heures de profondes divisions entre les dirigeants européens sur la nouvelle équipe amenée à diriger l’UE.

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun