Cinq projets structurants pour faire de Bizerte un pôle d’excellence

10-05-2019

Un forum régional a été organisé récemment à Bizerte pour présenter les cinq projets structurants inscrits au programme de développement de la région.

Pont de Bizerte, dépollution du lac, amélioration du réseau d’eau potable et PDI (programme de développement intégré). Des projets importants et déterminants pour l’avenir économique de la région.

Cet évènement est inédit. D’après Mohamed Gouider, gouverneur de Bizerte, « l’objectif était de sortir des bureaux et des réunions restreintes, et de donner la possibilité aux citoyens de savoir où en sont les projets ».

Etait présent pour l’occasion, Ridha Saïdi, ministre conseiller auprès du chef du gouvernement. Il est chargé des projets et des programmes publics. « C’est une région à forte attractivité parce qu’elle dispose d’une infrastructure portuaire et routière développée ». Elle est par ailleurs dotée d’un fort potentiel de compétitivité » grâce aux zones industrielles et franches dont elle dispose. « A terme, il faut que Bizerte devienne un pôle de production, de compétitivité et d’excellence. Tous ces projets vont dans ce sens » insiste-t-il.

Pont de Bizerte
Avec un coût de 800 millions de dinars, la construction du pont fixe de Bizerte demeure le projet le plus important de la région. Alors que les travaux devaient commencer au premier trimestre 2019, ils ont une nouvelle fois été repoussés au début de l’année 2020. Des retards à répétition qui font douter de sa réalisation effective. Mohamed Gouider insiste sur le fait que « ce n’est pas parce qu’on ne voit pas de grue ou de tractopelle à pied d’œuvre que le projet est arrêté ». « Des ingénieurs du monde entier avaient les yeux rivés sur ce pont », a-t-il ajouté, annonçant le lancement à la mi-juin de l’appel d’offres international. A noter que les retards ont été principalement provoqués par des problèmes au niveau des expropriations. Lilia Sifaoui, en charge du projet au sein du ministère de l’Equipement, assure que 60% des propriétaires de terrains concernés par la traversée du pont ont trouvé un accord avec les autorités. Ce mégaprojet sera fin prêt vers la fin de l’année 2023.

Dépollution du lac de Bizerte
Le projet pour la dépollution du lac de Bizerte sera prêt à l’horizon 2023. C’est ce qu’a annoncé Latifa Gharbi, chargée de ce dossier. Le lac de Bizerte est au pied du Mont Ichkeul, classé au patrimoine mondial. C’est dire l’importance en termes de patrimoine culturel et surtout écologique. Le programme porte sur la dépollution industrielle de l’entreprise publique de sidérurgique « El Fouledh », de la société tunisienne des industries de raffinage (STIR), de la cimenterie de Bizerte ainsi que l’extension et l’aménagement des réseaux d’assainissement.

La dépollution du lac de Bizerte va coûter 90 millions d’euros, en grande partie financés par la Banque Européenne d’investissement (40 millions d’euros) et un emprunt contracté à la BERD d’un montant de 20.4 millions d’euros. Le reste étant alloué par l’Etat (4.8 millions d’euros) et des dons de l’Union Européenne (15 millions d’euros).
Cette initiative permettra de protéger un environnement déjà bien menacé et d’améliorer les conditions de vie des habitants de cette région à travers le développement d’une activité agricole plus saine.

Gaz de ville
Si l’alimentation en gaz naturelle est monnaie courante dans la plupart des grandes villes de Tunisie… Pour Bizerte il s’agit d’une vraie révolution. En effet, l’arrivée très prochaine du gaz de ville est très attendue par les Bizertins. Le projet est en cours de finalisation. Dernièrement, la deuxième phase reliant les localités de Mornaguia à Mabtouh a été achevée. La mise en service est prévue pour la fin du mois de mai prochain.
En tout, il s’agit de la construction de 290 km de réseau de transport de gaz entre Tunis et Bizerte. Cette initiative permettra la fourniture en gaz naturel de la centrale électrique de Mornaguia, le secteur industriel et touristique ainsi que le réseau des particuliers (15.000 foyers au total sont concernées). La fin des travaux et la mise en service est prévue pour la fin de l’année 2019.

Accès à l’eau potable
L’accès à l’eau potable dans les localités rurales du gouvernorat de Bizerte demeure encore aujourd’hui une difficulté. Ainsi, la zone de Sejnane a été la première à bénéficier du programme d’amélioration d’accès à l’eau potable engagé par la SONEDE. Lancé en 2017, cette initiative a pu desservir 34.000 personnes en eau potable. Coût total de l’opération 70 millions de dinars.

Programme de développement intégré (PDI)
Le programme de développement intégré est initié par le Commissariat Général du Développement Régional et mis en place en avril 2018. Le gouvernorat de Bizerte a bénéficié d’une enveloppe de 110 millions de dinars. Ce projet permet de développer l’emploi à travers un soutien aux petites entreprises agricoles, d’améliorer la voierie, les équipements publics tels que les écoles, les bibliothèques, les hôpitaux ou encore les jardins publics. L’objectif étant d’améliorer les conditions de vie des habitants des zones rurales et isolées.

Pendant longtemps, la région de Bizerte a été mise de côté, voire délaissée par les autorités. Mais elle semble aujourd’hui être de retour dans les programmes de développement nationaux. En effet, l’enveloppe globale de ces projets structurants s’élève à 1800 milliards de dinars.

Wissal Ayadi

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun