Douagi exclut que des médicaments périmés soient à l’origine du décès des 11 bébés à la Rabta

11-03-2019

Le Président de la société tunisienne de pédiatrie et membre de la commission d’enquête, Mohamed Ali Douagi, a exclu hier dimanche que des médicaments périmés soient à l’origine du décès de 11 nouveau-nés au service de néonatologie à l’hôpital la Rabta.

Intervenu hier au JT de 20 heures, Douagi a supposé qu’une infection nosocomiale soit à l’origine du drame, signalant qu’une commission d’enquête pluridisciplinaire est en train de faire les investigations pour en déterminer les raisons et les circonstances. Il a ajouté que les nourrissons décédés étaient des prématurés, leur état de santé était critique, d’où leur insuffisance immunitaire.

Les analyses nécessaires sont en train d’être effectuées, et les résultats méritent deux ou trois jours pour être connus et dévoilés, a-t-il encore indiqué.

Il a encore souligné que le décès d’un autre bébé a été enregistré hier à la Rabta, dont les causes restent inconnues.

Ce faisant la directrice de la santé publique, Nabiha Borsali Falfoul, a fait savoir que les analyses ont été confiées à trois centres, laissant supposer un microbe dans le sérum qui serait derrière le décès des bébés. « Reste à déterminer si ce microbe était d’emblée dans le sérum, ou si celui-ci était contaminé au moment de la manipulation », a-t-elle dit en substance dans une déclaration aux médiatique.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun