« Ennahdha n’accordera pas la confiance au gouvernement Fakhfakh dans sa composition actuelle » (Harouni)

14-02-2020

Le président du conseil de la Choura, Abdelkarim Harouni, a affirmé ce vendredi 14 février, que « le gouvernement tel qu’il a été présenté par Elyes Fakhfakh ne pouvait obtenir la confiance du mouvement Ennahdha ».

Revenant lors d’un point de presse sur les décisions de la réunion de Majless al-Choura qui s’est poursuivie hier jusqu’à tard dans la nuit, il a indiqué que l’instance suprême affirme son « attachement à la décision d’Ennahdha pour un gouvernement d’unité nationale, n’excluant personne ». « Le but est d’en finir avec l’exclusion et de construire une démocratie sans exclusion », a-t-il martelé.

« Le pays a besoin d’un gouvernent ayant une large majorité et une large ceinture politique », a-t-il insisté, affirmant que son mouvement « ne va pas céder sur le gouvernement d’unité nationale, soit l’unité nationale, soit la division, le blocage et l’échec ».

Il a par ailleurs indiqué que « l’Offre présentée par Fakhfakh est en deçà de ce qui est demandé, et ne reflète pas un équilibre entre les blocs parlementaires ».

Il a noté « l’évocation de l’impartialité de ministères de souveraineté, sans que les personnalités désignées à leur tête ne soient impartiales », considérant le fait d’assurer la neutralité de certains ministères, comme étant « injustifiées », comme le ministère des Finances, ou celui des Technologies de la communication.

Il fait part de l’étonnement de son mouvement que Fakhfakh « le prive d’un ministère, en l’occurrence celui des technologies de la communication, sous prétexte qu’il va en garantir l’impartialité, pour l’attribuer à une personnalité partiale, et proche de son parti ». « Le choix proposé n’est pas meilleur de celui d’Anouar Maârouf, et obéit à des considérations partisanes et à des relations et non aux critères de compétence, d’intégrité et d’efficacité », s’est-il élevé.

« S’il y avait un ministère dont on devrait garantir l’impartialité, c’est bien celui de l’Education, de manière à maintenir l’enseignement loin des partis et des idéologies afin que l’on puisse mener les réformes de l’éducation », a-t-il ajouté. 

Harouni a appelé le président à intervenir pour aider à la formation du gouvernement, et montrer que la personnalité qu’il a choisie est bien la plus apte.

Il a dit que son mouvement est « prêt à aider à la formation du gouvernement mais non n’importe lequel ». « On veut un gouvernement qui a des chances d’être durable, et qui soit capable de relever les défis, et d’avoir une stabilité au parlement ».

Gnetnews

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie Une partie du monde produit, et une autre consomme
Politique Politique Politique Tunisie : Kaïs Saïed et l’idée d’un