Formation du gouvernement: Ennahdha vs Qalb Tounes, qui aura le dernier mot?

28-11-2019

Maintenant que les blocs parlementaires sont formés, la composition du nouveau gouvernement devrait être plus simple pour Habib Jemli. 

Le chef du gouvernement désigné a exprimé aujourd’hui à la presse sa volonté de voir la participation d’un large éventail politique dans le gouvernement.

Si jusqu’à hier le mouvement Ennahdha et le parti Qalb Tounes menaient la danse dans l’hémycycle, aujourd’hui la donne a changé. En effet, le parti de Nabil Karoui n’occupe plus la seconde place puisqu’il a été devancé par le nouveau bloc parlementaire constitué hier par l’alliance entre le Courant démocrate Attayar et le Mouvement du peuple, Harakat Al-Châab qui regroupe 40 députés. 

Mais la question qui agite l’ARP ces derniers jours, reste celle de la participation du parti « Au coeur de la Tunisie » au sein du gouvernement futur.

Si un accord conclu entre Qalb Tounes et Ennahdha semblait impossible avant les résultats définitifs des élections législatives, celui lors du vote pour l’accession de Rached Ghannouchi au perchoir n’a surpris personne.

Ce « secret de polichinelle » a marqué le premier acte de la pièce de théâtre dont les acteurs principaux sont Ennahdha et Qalb Tounes et intitulée « Je t’aime, moi non plus ».

Malgré cet accord, très bien orchestré, aujourd’hui Rached Ghannouchi semble avoir une autre position. Peut-être a-t-il joué la comédie dans l’acte 1 afin de s’accorder les faveurs de son concurrent pour accéder à la présidence de l’Assemblée. En effet, le chef de file du mouvement Ennahdha s’oppose aujourd’hui à l’entrée du parti de Nabil Karoui dans le futur gouvernement. Mais ne serait-on  pas aujourd’hui en train d’assister à l’acte 2 de cette fameuse pièce de théâtre?

Nabil Karoui a pendant toute sa campagne fustigé le mouvement Ennahdha en allant même promettre de ne jamais lui tendre la main… pourtant il y a quelques jours, ce même Nabil Karoui a félicité Rached Ghannouchi pour son poste de président de l’ARP en ajoutant que celui-ci était un grand patriote.

De son côté, Habib Jemli essaye de composer… de composer avec les ardeurs Rached Ghannouchi et de composer un gouvernement compétent et de compétence.

Dans une déclaration au correspondant de Mosaïque FM, ce jeudi 28 novembre 2019, Habib Jemli a déclaré , que sa « position est claire » sur la participation du parti « Qalb Tounes » au pouvoir.

Il a précisé dans ce contexte « ma position est claire et celle d’Ennahdha est claire aussi. Je n’ai pas à me soumettre à quelque parti que ce soit même pas celui qui m’a désigné pour former le gouvernement ». 

Ennahdha ne serait-elle pas en train de se cacher derrière la pseudo indépendance du chef du gouvernement qu’elle a elle-même désigné. Tout cela dans la but de faire entrer Qalb Tounes dans les négociations « en douceur ».

Pour la formation du futur gouvernement il faudra encore être patient. Habib Jemli a déclaré » qu’il était encore tôt »,  précisant que les fuites concernant certains noms n’ont aucun fondement et que la précipitation dans la formation du gouvernement sous prétexte de pressions n’a aucune justification, 11 jours seulement avant le premier délai constitutionnel.

Habib Jemli a insisté sur l’importance de choisir des compétences nationales pour faire face aux nouveaux défis qui sont la croissance et le développement.

Wissal Ayadi

 

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie Bassem Loukil présente la 3ème édition de la FI
National National National National Tunisie/ La révolution 9 ans après : Ben Jaâfar
National National National National Tunisie/ Révolution : Un 9ème anniversaire domin