Forum de Tunis : La société civile de la Méditerranée se mobilise pour relever les défis

11-06-2019

« L’assemblée des cent tient aujourd’hui une consultation inédite des composantes de la société civile méditerranéenne dont l’objectif serait de créer une nouvelle synergie, capable de consolider de nouvelles forme de coopération, basée non seulement sur l’initiative économique, mais également et essentiellement sur le respect de l’humain et le développement durable », a révélé la présidente du comité de pilotage, Wided Bouchamaoui, durant ce forum tenu aujourd’hui, le mardi 11 juin 2019, à la cité de la culture.

Un forum s’est tenu ce mardi 11 juin à la cité de la culture de Tunis rassemblant les représentants de la société civile des pays de la rive Nord de la Méditerranée (Espagne, France, Italie, Malte, Portugal, et la rive Sud (Algérie, Maroc, Libye et la Mauritanie), dans le cadre du dialogue 5+5, à l’occasion de l’Assemblée des cents.

Intervenue à l’ouverture du forum, la lauréate du Nobel de la paix (2015) a expliqué aussi qu’à l’issue des différents forums qui ont eu lieu dans différentes villes du bassin méditerranéen, les thématiques des projets présélectionnés ont été arrêtées : l’énergie renouvelable en Alger (Algérie), la jeunesse, l’éducation et la mobilité à la Valette en Malte, l’économie et la compétitivité à Rabat (Maroc), la culture, les médias et le tourisme à Montpellier (France), l’environnement et le développement durable à Palerme (Italie).

« L’assemblée des cent représente une synthèse de travaux de ces divers forums. Nous œuvrons ainsi à l’institution des idées, initiatives, et projets, qui ont émergé au cours des différents débats, et qui ont vu la large participation de la société civile des deux rives », a rappelé l’ex-présidente de l’UTICA.

« C’est la dernière ligne droite d’une initiative exceptionnelle. Le sommet des deux rives aura lieu le 23 et le 24 juin 2019 à Marseille. Il réunira des dirigeants de la société civile, en espérant qu’il sera un point de départ dynamique d’inclusion, qui apportera à la méditerranée un nouvel élan, de coopération positive et pragmatique ».

Bouchamaoui a insisté sur la prise en considération de la jeunesse, en révélant que « les projets ont pris en considération les spécificités des deux rives, dans un esprit de soutien mutuel, et de complémentarité au sein de laquelle, la jeunesse représentera une forme de proposition majeure ».

« Nous agirons directement et concrètement en appui à la mise en œuvre des objectifs, du développement durable et toucherons ainsi des secteurs comme l’emploi, l’éducation, la formation, la jeunesse, la culture, les médias, le tourisme, mais investirons également dans l’environnement en sensibilisant à la préservation de la biodiversité et le bien-être des futures générations ».

Par cette occasion, le chef de file pour l’Algérie, Abderrahmen Mabtoul, a expliqué que l’Algérie, fera tout pour qu’effectivement, cette rencontre soit une réussite. « L’Algérie a appuyé dès le début l’initiative du président Emanuel Macron. Notre objectif, c’est de faire du bassin méditerranéen, un lac de paix et de prospérité partagée ».

« L’Algérie est un acteur stratégique au niveau de la région. Il a eu le dossier de la transition énergétique, qui est au cœur de la solidarité méditerranéenne. Nous ferons tout pour la que ce partenariat soit fondé sur un lien de gagnant-gagnant », conclu-t-il.

Les projets de ce forum seront soutenus, par la banque mondiale, la banque européenne d’investissement, la banque européenne pour la reconstruction et le développement, l’agence française de développement, et l’union pour la méditerranée.

Emna Bhira

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun