Ghazi Chaouachi appelle le président de la république à démissionner

24-07-2019

Le Secrétaire Général du Courant Démocrate, Ghazi Chaouachi, a appelé le président de la république, Béji Caïd Essebsi, à démissionner « pour avoir violé la constitution, et ne pas avoir promulgué la loi électorale ».

Dans un entretien avec Shems, Chaouachi a considéré ce mercredi 24 juillet, que la non-promulgation par le président de la république de la loi électorale, comme étant « une violation claire de la constitution, et une faute flagrante, et exige qu’il soit démis de ses fonctions, ou qu’il démissionne ».

« Il est honteux que le président de la république viole la constitution alors qu’il est tenu, de par ses prérogatives, de veiller à son respect », s’est-il élevé.

Il a reproché au chef de l’Etat d’avoir prêté serment pour veiller au respect de la constitution, pour être, après, celui qui la viole.

« Nous doutons désormais si on a un chef de l’Etat capable d’accomplir ses missions, et qui soit libre dans ses décisions », a-t-il souligné.

« Où est la porte-parole de la présidence ? Où est son représentant personnel ? Où est son chef de cabinet présidentiel ? pourquoi c’est le chargé des affaires politiques qui parle ? A-t-on une institution de la présidence de la république ou non ? » , s’est’il interrogé.

« Nous avons vu le président de la république pendant 15 secondes dans une très mauvaise image, qui nous rappelle les jours de Bourguiba les années 80, et le président d’un pays voisin », a-t-il dit.

Il a ajouté que « si l’on procédait par le sentiment, nous souhaiterions un bon rétablissement au président de la république, et le parachèvement de son mandat dans les meilleures conditions car le pays ne supporte pas les soubresauts, mais selon la logique de l’Etat, les responsabilités devront être assumées ».

Gnetnews

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun