La Banque mondiale approuve deux projets en vue de la transformation digitale de la Tunisie

21-06-2019

Le Groupe de la Banque mondiale a annoncé récemment l’approbation de deux nouveaux projets d’investissement d’un montant total de 175 millions de dollars en faveur de la Tunisie. Ces opérations visent à soutenir les objectifs de la Tunisie dans le domaine du numérique, à savoir l’établissement d’une nouvelle économie qui encourage l’entrepreneuriat et génère plus d’opportunités d’emploi, et l’amélioration de la capacité de réponse des autorités face aux besoins des citoyens grâce à la digitalisation de services publics essentiels.

Le premier projet s’attachera plus précisément à accroître l’accès des start-up et des petites et moyennes entreprises (PME) aux financements afin de favoriser leur croissance. Le deuxième permettra d’investir dans la numérisation des systèmes de sécurité sociale et d’éducation afin d’améliorer la qualité des services et de faire en sorte que ceux qui en ont le plus besoin puissent effectivement y accéder.

Le Projet d’appui aux start-up et PME innovantes, doté de 75 millions de dollars, a été conçu pour soutenir le programme gouvernemental « Startup Tunisia », qui a pour objectif de catalyser la création et la croissance de jeunes pousses et de PME numériques et novatrices, tout en stimulant les perspectives économiques et d’emploi pour la jeunesse tunisienne.

Le projet financera des investissements en fonds propres ou en quasi-fonds propres dans des start-up et PME innovantes, ainsi qu’une aide au développement de concept, à l’amélioration de la réceptivité à l’investissement et à l’adoption de la technologie. Il aidera également les acteurs de l’écosystème entrepreneurial (incubateurs et accélérateurs d’entreprises notamment) à améliorer et étendre la portée de leurs programmes, en y incluant en particulier les start-up et PME dirigées par des femmes ou situées dans les régions de l’intérieur du pays.

Le Projet de transformation numérique pour des services centrés sur l’usager, d’un montant de 100 millions de dollars, soutiendra une démarche de promotion des technologies appliquées à l’administration publique (ou GovTech) pour l’amélioration des systèmes de protection sociale et d’éducation. Cette approche placera les citoyens au centre du processus de réforme et combinera des innovations dans la réforme du secteur public, la gestion du changement et les technologies numériques. L’objectif est de faire en sorte que les populations vulnérables — groupes sociaux à faible revenu, femmes dans les zones rurales, personnes analphabètes, handicapés, etc. — aient accès à ces services importants, et que les systèmes permettent une meilleure remontée de l’information de la part des usagers au service d’une responsabilisation accrue des pouvoirs publics.

D’après Communiqué

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun