La BCT préoccupée par le niveau du déficit, et maintient inchangé son taux d’intérêt directeur

22-03-2019

Le Conseil d’administration de la banque centrale fait état d’une amélioration de l’activité économique, en réalisant un taux de croissance de 2,5 % en 2018 contre 1,9 % l’année écoulée, tirant profit d’une bonne saison agricole, et une bonne prestation du secteur tertiaire, à l’heure où le secteur industriel reste impacté par le recul de la production des hydrocarbures et des mines.

Le CA de la BCT exprime, néanmoins, dans un communiqué sa préoccupation au sujet du niveau du déficit commercial au titre des deux premiers mois de 2019, à l’heure où le déficit courant a enregistré un léger recul à 1.642 MD, et 1,4 du PIB, contre 1.802 MD et 1.7 %, pendant la même période de l’année écoulée.

Les avoirs nets en devise ont atteint jusqu’au 19 Mars, 14.585 M.D. soit l’équivalent de 86 jours d’importation, contre 13.974 MD, l’équivalent de 84 jours d’importation, à la fin de 2018.

Lors de sa réunion périodique hier, jeudi 21 Mars, consacrée aux dernières évolutions économiques, monétaires et financières, l’organe suprême de l’Institut d’émission a souligné l’évolution de l’indice des prix à la consommation de 7,3 % en glissement annuel, en février 2019, contre 7,1 % le mois écoulé, du fait de la hausse de l’inflation des produits alimentaires de 8,2 % contre 7,1 %, à l’inverse des produits manufacturiers qui sont restés au même niveau élevé (8,7 % contre 8,9 %).

Cette situation requiert un suivi précis des sources d’inflation, et plus de coordination entre les politiques économiques, en vue d’en limiter les risques, appelle-t-il.

Le conseil a évoqué la situation du secteur bancaire, et les moyens de développer ses capacités de financement de l’économie nationale.

Après délibérations, le Conseil a maintenu inchangé son taux d’intérêt directeur, qui se situe à 7,75 %, recommandant l’impératif d’un suivi permanent des indicateurs financiers et monétaires.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun