L’ARP appelle le gouvernement à une action diplomatique contre la décision de Trump sur le Golan

27-03-2019

L’Assemblée des représentants du peuple exprime son « refus de la décision du président américain, de la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan occupé ».

L’ARP appelle ce mercredi 27 Mars 2019, lors d’une séance plénière, le gouvernement « à une action diplomatique immédiate, en illustration de la position populaire et officielle rejetant cette décision ». Comme elle prône « une activation de la diplomatie parlementaire pour dénoncer cette décision injuste et appuyer le peuple syrien pour la préservation de son unité territoriale ».

L’Assemblée dit son refus de cette décision qui représente « une atteinte directe, et une violation claire de la charte de l’ONU, des principes de la légalité internationale, des résolutions du Conseil de sécurité, et une atteinte grave des droits du peuple syrien à recouvrer tout son territoire ».

Cette décision est « un acte hostile qui fait peu de cas des droits de la Syrie, de son peuple, et de son unité territoriale, et est une provocation des sentiments des arabes, musulmans et tous les libres de ce monde », souligne-t-elle, évoquant « une menace directe de la paix internationale ».

Le parlement tunisien réitère son « soutien constant et sans conditions aux droits légitimes de la Syrie, sur le Golan occupé, et le considère comme une terre arabe et une partie intégrante de la république arabe de Syrie ».

L’Assemblée appelle les organisations régionales et internationales notamment l’ONU à prendre une décision ferme pour contrer cette décision injuste. Elle fait assumer aux régimes arabes et musulmans, leur responsabilité historique, et les appelle à une réaction immédiate et rapide pour en interdire l’activation.

L’Assemblée plaide pour une solidarité avec la Syrie contre l’agression sioniste, appuyée par les forces hégémoniques mondiales et son appui pour restituer le Golan occupé.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun