Le FIFAK dévoile le programme de sa 34ème édition, Raouf Ben Omar, président du jury

19-07-2019

Des réalisateurs venus de 21 pays, dont l’Egypte, le Liban, la Palestine, l’Ukraine, le Brésil et pour la première fois, la République d’Ouzbékistan, participeront du 28 juillet au 3 aout 2019, à la 34ème édition du festival international du film amateur de Kélibia, premier festival africain du cinéma amateur indépendant, qui fête cette année son 55ème anniversaire.

Dévoilé lors d’une conférence de presse, le programme de cette présente édition est riche et varié. Le documentaire « ENCANTADO, le Brésil désenchanté » du réalisateur brésilien Filipe Galvin, sera projeté en exclusivité, pour la première fois, lors de la cérémonie de l’ouverture du festival, au théâtre en plein air de Kélibia, annoncé Aymen Jelili, directeur du FIFAK.

24 films retenus sur 400 ayant candidaté
Sur les 400 films ayant présenté leur candidature pour la compétition internationale du festival, seuls 24 films ont été retenus, dont trois sont tunisiens, a fait savoir Lilia Ben Achour, chargée de la programmation. « Tout film produit par les circuits conventionnels a été éliminé », a-t-elle ajouté, signalant que les films sélectionnés cette année sont essentiellement engagés, dans des grandes causes.

« Il s’agit de thématiques diverses, comme la guerre et ses conséquences, l’urgence écologique à travers le monde, la violence contre les femmes, l’immigration, la maltraitante et le travail des enfants, et d’autres sujets philosophiques qui traitent les problématiques du temps, l’existence et l’art ».

Quant au jury de la compétition internationale, il est présidé par l’homme de théâtre et de cinéma tunisien Raouf Ben Omar. Les membres du jury sont le professeur de théâtre et des écoles du cinéma, l’ukrainienne, Anna Korenaya, le cinéaste burkinabé Ardiouma Soma, l’acteur de théâtre jordanien Ghannam Ghannam, et la chercheuse française spécialisée dans le cinéma arabe Matilde Roxel.

En ce qui concerne la compétition nationale, les membres du jury sont la réalisatrice Imen Nafti, le réalisateur tunisien Walid Matar, l’ingénieur de son Moncef Taleb, la chercheuse Leila Ben Rhoumah ainsi que l’actrice Lobna Malika.

Pour cette deuxième compétition, 59 films produits par des amateurs, des cinéastes indépendants, et des étudiants, ont présenté leurs candidatures. Mais, seulement 13 films sont sélectionnés, dont 5 sont produits par la fédération tunisienne des cinéastes amateurs (FTCA).

Soirées spéciales, rencontres, séminaires et ateliers
Durant la 34ème session du FIFAK, il y aura aussi une compétition de scénarios, et une autre pour les images photographiques, dont le vernissage aura lieu le 30 juillet dans la salle des arts au centre de Kélibia.
Le film « recollection » du réalisateur palestinien Kamal al-Jaafari est programmé pour la soirée spéciale Palestine le 31 juillet, suivie par une deuxième soirée (1er aout), qui rend hommage cette année à la réalisatrice et photographe libanaise Jocelyn Saab, en présence de l’association « Amis de Jocelyn Saab » dans la section.

Dans la même nuit du 1er aout, le comité du festival rendra hommage à la réalisatrice égyptienne Attiyat Al-Abnoudi.

Le festival présente cette année des ateliers sous la thématique de « l’industrie du contenu documentaire, de l’idée à l’écriture’, dirigés par l’Egyptienne Neven Shalabi.

Un atelier, « Direct in the Théâtre » de Rabii Ibrahim et un autre workshop de photo encadré par Zakaria chaibi, sont également prévus.

Par ailleurs, la réalisatrice, et romancière, Sonia Al-Chamikhi dirigera l’atelier « petites mains créatrices », organisé par l’association tunisienne pour la promotion de la critique cinématographique.

Dans le cadre du partenariat entre le FIFAK et l’instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), Sadok Ben Turkia organise un atelier intitulé « Jeunes créateurs contre la corruption ». Un atelier de photographie intitulé « Enfants créateurs contre la corruption », assuré par Mohamed Ali Mansli, aura également lieu.

Chaque session réunira plus de 1200 participants de la fédération tunisienne des cinéastes amateurs, différentes associations cinématographiques tunisiennes, des étudiants d’écoles de cinéma, de professionnels et d’invités du secteur de l’audiovisuel, selon le directeur du FIFAK, Ahmed Jelili.

Emna Bhira

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun