Le gouvernement dévoile son plan santé pour sauver un secteur sinistré

29-03-2019

Un programme spécial pour la santé a été décrété hier, jeudi 28 Mars, lors d’un conseil des ministres tenu sous la présidence du Chef du gouvernement, Youssef Chahed, à la Kasbah. Le plan santé comprend une série de mesures urgentes ayant trait aux six principaux axes débattus lors du dialogue sociétal sur la santé de vendredi dernier, lequel s’est étalé sur neuf heures, en présence de 400 professionnels du secteur.

Pérennité du financement du secteur de la santé
Le plan Santé prévoit notamment des ressources supplémentaires pour le fonds d’appui à la santé publique, qui devraient atteindre près de 100 millions de dinars pendant 2019, le règlement de 200 millions des dettes des hôpitaux publics envers la pharmacie centrale, l’examen et le vote en plénière du projet de loi de réforme des caisses sociales le 10 avril 2019, et le lancement d’une étude d’évaluation du système d’assurance-maladie.

Equipements de Santé et maintenance
Les mesures portent sur l’allocation d’une enveloppe totale de 107 millions de dinars dont 22 millions de dinars au titre des années 2016, 2017 et 2018 pour l’acquisition d’équipements médicaux.

Des appels d’offres seront lancés en avril pour l’achat d’équipements médicaux, d’une valeur de 85 millions de dinars, tout en accélérant les procédures de marchés publics, afin que ce matériel médical soit livré avant la fin de l’année. Des ressources annuelles seront affectées à la maintenance des équipements lourds, à travers une solidarité entre les établissements hospitaliers.

Médicaments et dispositifs médicaux
Le programme envisage la généralisation de l’expérience de l’hôpital Habib Thameur en matière de distribution automatique et sécurisée des médicaments, ayant permis une maîtrise du coût du médicament dans une proportion de 30% du budget total , le doublement de la capacité de stockage de la pharmacie centrale en vue de l’augmentation du stock régulateur des médicaments, et l’approvisionnement régulier du secteur de la santé à travers le démarrage de réalisation de la cité du médicament 2, à el-Agba en avril 2019.

Il prévoit, par ailleurs, la programmation de la présentation du dossier de la Société des Industries Pharmaceutiques de Tunisie (SIPHAT) à la commission d’assainissement et de restructuration des établissements à participation publique, l’activation de la parution du décret portant sur le système des dispositifs médicaux aux différentes étapes d’industrialisation, d’importation, de distribution, tout en impliquant le pharmacien dans ce domaine.

Gouvernance, digitalisation et lutte contre la corruption :
Le plan d’urgence Santé préconise la modernisation du système d’informations hospitalières d’une valeur de 80 millions de dinars en accélérant la mise en place du dossier médicat numérique qui s’appuie sur les trois applications suivantes : Le système de distribution des médicaments quotidien et nominatif aux malades dans les établissements de santé public, le système de gestion des laboratoires, et le système de gestion de la radiographie et son archivage.

Le démarrage immédiat du projet de médecine à distance, qui concernera dans une première étape, les hôpitaux la Rabta, de Jendouba, de Tozeur, le centre des grands brûlés de Ben Arous, l’hôpital Habib Thameur

Le démarrage du système de gestion des rendez-vous à distance en avril 2019 dans douze hôpitaux publics, et sa généralisation à toutes les structures de santé publique à compter du 1er juillet 2019.

Le conseil a adopté le projet de loi inhérent à la responsabilité médicale, et le projet de décret sur le régime des études médicales. Il a délégué au ministre de la Santé la signature des décisions disciplinaires au profit des directeurs des hôpitaux publics, la création du poste de directeur technique médical au sein des grands établissements hospitaliers, la création d’une école nationale de la santé publique pour la formation professionnelle dans le secteur de la santé, et l’instauration du système des consultations externes l’après-midi dans les hôpitaux et les centres de santé de base…

Consolidation des ressources humaines :
Le plan prévoit notamment 2000 recrutements supplémentaires au titre de 2019, pour garantir l’ouverture de nouveaux services médicaux, remplacer les départs dans les centres prioritaires, et consolider les spécialités prioritaires.

Préservation de l’hygiène hospitalière
Le plan prévoit des fonds de 32,5 MD alloués aux programmes suivants :

Démarrage immédiat de l’aménagement de la centrale du système d’aération dans les blocs opératoires des hôpitaux Habib Bourguiba à Sfax, Charles Nicolle, Maâmouri (Nabeul), l’aménagement de dix salles blanches dans les centres de néonatalogie, la mise en place d’équipements de stérilisation dans dix hôpitaux publics financés par la CNAM, et l’extension du champ d’intervention du projet de gestion des déchets sanitaires pour concerner douze gouvernorats.

Le suivi de la mise en application de ce plan, sera un point permanent à l’ordre du jour des conseils ministériels, selon le porte-parole du gouvernement, Iyed Dahmani.

Gnet