Les Algériens dans la rue après un appel au départ du président par ses fidèles

30-03-2019

AFP – Les Algériens ont à nouveau défilé en masse vendredi, jugeant insuffisante la proposition du chef d’état-major d’écarter le président Abdelaziz Bouteflika, dernière tentative en date du régime de calmer plus d’un mois de contestation en Algérie.

A Alger, une foule immense, scandant notamment « le peuple veut que vous partiez tous! », a saturé les rues du centre-ville sur plusieurs kilomètres, en ce premier jour de week-end, devenu jour de manifestations massives depuis le 22 février.

Pour ce sixième vendredi consécutif, les Algériens – hommes et femmes de tous âges – ont également manifesté très nombreux, parfois en famille, dans le reste du pays, selon les images diffusées à la télévision nationale et sur les réseaux sociaux.

Aucun chiffre officiel n’est disponible mais des sources sécuritaires ont fait état de « centaines de milliers de manifestants » à Alger et recensé des marches d’ampleurs diverses dans 44 des 48 wilayas (préfectures) du pays.

La mobilisation a été sensiblement similaire à celles des trois semaines précédentes, jugées exceptionnelles par les analystes et les observateurs.

Les cortèges se sont dispersés, sans incident signalé, en fin d’après-midi.

Mardi, le général Gaïd Salah, personnage-clé du pouvoir, a proposé la mise en oeuvre de mécanismes constitutionnels pour écarter le chef de l’Etat, dont il est un fidèle indéfectible depuis que l’intéressé l’a nommé en 2004 chef d’état-major de l’armée.

Il a entraîné dans son sillage nombre de figures du camp présidentiel.

Mais le général Gaïd Salah est lui-même devenu vendredi la cible directe des manifestants qui, interrogés par l’AFP, disent souhaiter le départ de l’ensemble du régime et pas seulement celui du chef de l’Etat.

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun