Les DG des banques s’engagent à ne pas répercuter la hausse du taux d’intérêt sur les crédits logements

07-03-2019

Les directeurs généraux des banques se sont engagés à prendre les mesures nécessaires pour ne pas répercuter les augmentations du taux directeur décidées par la BCT en juin 2018 et février 2019 sur les particuliers ayant bénéficié de crédits logement à taux variables avant fin 2018, ce qui correspond à une renonciation à l’équivalent de 2 points de pourcentage d’intérêts sur les tombées d’échéances à partir de janvier 2019.

Cet engagement a été exprimé lors d’une réunion tenue le 1er Mars, entre le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, et les DG des banques sur la situation économique en général et des préoccupations du secteur bancaire en particulier, annonce la BCT dans un communiqué paru hier mercredi 06 Mars.

El Abassi a passé en revue les évolutions récentes de la situation économique, financière et monétaire, mettant l’accent sur la teneur des difficultés compte tenu de l’aggravation sans précédent du déficit de la balance commerciale et de la faiblesse du niveau de la croissance ce qui n’a pas manqué d’accentuer les pressions inflationnistes amenant la Banque Centrale à relever de nouveau son taux directeur.

Il a également évoqué l’évolution positive des indicateurs d’activité et de solidité financière du secteur bancaire au cours des dernières années et ce, en dépit de la situation économique difficile à la faveur du processus de réformes engagé par la Banque Centrale de Tunisie depuis 2012 visant l’amélioration de la gouvernance et le renforcement de l’assise financière du secteur bancaire ainsi que la restructuration des banques publiques.

Il a souligné, dans ce cadre, que cette évolution ne doit pas occulter les facteurs de risque susceptibles d’impacter la stabilité du secteur bancaire mettant l’accent sur l’aggravation du risque de liquidité eu égard au repli de l’épargne nationale. A ce titre, il a exprimé son souci quant au mouvement de surenchère ayant marqué le marché bancaire récemment et qui s’est traduit par des niveaux de rémunération des dépôts inacceptables altérant ainsi son fonctionnement normal.

Le Gouverneur a noté, également, le renchérissement des services bancaires au cours de ces dernières années concomitant avec la non- satisfaction des clients quant à la qualité de ces services, ce qui nécessite des efforts supplémentaires de la part des banques pour améliorer davantage la qualité de leurs services et faciliter l’accès aux services bancaires de base à des coûts raisonnables.

Les directeurs généraux des banques ont exprimé leur adhésion aux orientations de la Banque Centrale en matière de politique monétaire, de restructuration du secteur bancaire et d’orientation des efforts de financement vers les secteurs productifs en vue de contribuer à réduire les pressions inflationnistes et d’appuyer les prémisses de croissance observées en 2018. Ils ont également exprimé leur préoccupation quant à la conjoncture économique et ses répercussions sur le secteur bancaire et sur sa capacité à assurer efficacement son rôle dans le financement de l’économie tout en préservant ses équilibres financiers.

D’après Communiqué

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun