Les pays émergents du BRICS fustigent un « protectionnisme » aux motivations politiques

14-11-2019

Reuters Xinhua – Les dirigeants des cinq puissances émergentes ont critiqué mercredi ce qu’ils considèrent comme un protectionnisme aux motivations politiques sur fond de ralentissement de la croissance économique mondiale, disant œuvrer au mieux pour contrer cette tendance.

Réunis les mercredi et jeudi, 13 et 14 novembre à Brasilia pour le sommet annuel du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), ils ont appelé à une plus grande coopération commerciale au sein du groupe et demandé à la banque de développement du groupe d’injecter davantage de fonds pour soutenir la croissance et les projets d’infrastructures.

« Le protectionnisme et les intimidations à contre-courant bouleversent le commerce international, accentuant les pressions récessionnistes sur l’économie mondiale », a déclaré le président chinois Xi Jinping lors du sommet, alors que son pays est embourbé depuis plus d’un an dans une guerre commerciale avec les Etats-Unis.

Son homologue russe, Vladimir Poutine, a souligné que « l’économie mondiale a été influencée par un recours répandu à la compétition déloyale dans les échanges commerciaux, les sanctions unilatérales, dont celles qui ont des motivations politiques, et le protectionnisme est florissant ».

Plus tôt dans la journée, une réunion entre le président brésilien Jair Bolsonaro, hôte du sommet, et Xi Jinping a mis en lumière l’évolution des relations entre Brasilia et Pékin.

« Nous voulons plus que développer, nous voulons diversifier notre relation commerciale », a dit Bolsonaro, qui s’était par le passé montré très critique envers la présence chinoise accrue dans son pays (« La Chine n’achète pas au Brésil. Elle achète le Brésil », dénonçait le dirigeant d’extrême droite.

Un partenariat pour une nouvelle révolution industrielle
Grâce à la coopération florissante entre les pays membres dans différents secteurs, les BRICS ont représenté en 2018 environ 23,5% du PIB mondial et 16,3% du commerce mondial.

Le sommet 2019, ayant pour thème « Les BRICS : la croissance économique pour un avenir novateur », représente une occasion de faire avancer la coopération en matière d’innovation scientifique et technologique, de finances et d’économie numérique, en vue de consolider leurs efforts pour lutter contre le crime organisé, le narcotrafic et le blanchiment d’argent.

Lors du sommet tenu en Afrique du Sud en 2018, les BRICS étaient convenus de bâtir un partenariat pour une nouvelle révolution industrielle, prouvant leur prise en compte du besoin d’explorer le potentiel de coopération dans les domaines innovants, tels que l’économie digitale ou la fabrication intelligente, en vue de forger un moteur plus durable et robuste pour leur développement à long terme. Les pays des BRICS devront continuer de progresser en ce sens.

Actuellement, l’unilatéralisme et le protectionnisme menacent le monde, qui connaît des changements profonds jamais vus depuis un siècle. Le président chinois Xi Jinping a dit que la communauté internationale est confrontée à « quatre déficits » dans les affaires mondiales : déficits de gouvernance, de confiance, de paix et de développement.

Par conséquent, le libre-échange mondial est en train de s’affaiblir, les perspectives de la croissance mondiale se font moins optimistes et la communauté internationale fait face à de nombreuses incertitudes.

Ces dernières années, les membres des BRICS ont porté haut le drapeau de multilatéralisme, jouant un rôle primordial dans la promotion de l’ouverture, de l’égalité, de la transparence et de l’inclusion dans la gouvernance mondiale, et sont devenus une force majeure en faveur de la stabilité et du progrès dans les affaires internationales.

Lire aussi

National National National National Tunisie : Fakhfakh annonce un gouvernement restrei
Économie Économie Économie Le haut conseil tuniso-libyen des hommes d’a
Économie Économie Économie Économie Tunisie/ Agriculture Biologique : Un syndicat qui