Lexique électoral en langage des signes « Mon signe…Ma voix »

23-07-2019

« Un lexique de 193 termes en langage des signes, dédié aux personnes sourdes et malentendantes, qui concernent tous les aspects du processus électoral, sera mis à la disposition des électeurs », a révélé ce mardi 23 juillet, le président de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections, Nabil Baffoun, lors d’une conférence de presse. 

En effet, les 193 termes présentés, traduits du langage des signes, concernent le cadre juridique régissant les élections, les normes internationales, l’inscription des électeurs, le déroulement des élections, l’opération de vote, le dépouillement des voix, la proclamation des résultats et les parties prenantes au processus électoral. Ces termes en lien avec les élections ont été répartis entre 8 unités.

Pour faciliter l’accès à ce lexique électoral en langage des signes, la fondation internationale pour les systèmes électoraux (IFES), a développé une application mobile intitulée « Mon signe…Ma voix », répertoriant tous les termes du lexique en langage des signes à travers des photos et des vidéos avec voix off et sous titrage en français et en arabe.

Cette application est disponible sur Play Store, ainsi que le dictionnaire sur le site web : www.ifes-esll.org.

A cette occasion, le directeur de l’agence des Etats Unis, pour le développement international (USAID), a indiqué que « cette année est cruciale pour la Tunisie, car elle y vivra deux élections, législatives et présidentielles.

« Sans doute la participation inclusive de tous les citoyens tunisiens, est une priorité pour tous les acteurs qui tiennent au processus démocratique », a-t-il ajouté, en rappelant que les personnes portant un handicap, ont été invisibles pour trop longtemps, dans les programmes de développement.

 « Les sociétés qui incluent leurs diverses populations sont toutes susceptibles d’être démocratiques, participatives et équitables », conclut-il. 

Par ailleurs, le président de l’IFES, Nicolas Kasczorwskl , a expliqué que le risque durant cette transition démocratique, est que certains se sentent en marge de ces processus transitoires complexes, qui nécessitent du temps, et du partage axé sur l’information.

 « Ce projet a donc pour objectif de construire un processus électoral inclusif, en répondant à un besoin d’un bon nombre des électeurs ». 

Ce projet est le fruit d’un travail collectif, de la fondation internationale pour les systèmes électoraux (IFES), avec le soutien de l’agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), en concertation avec des experts en langage des signes et des associations défendant les droits des personnes sourdes et malentendantes en Tunisie.

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun