Listes pour les législatives : Remous au sein d’Ennahdha, à cause des décisions de Ghannouchi

19-07-2019

Le dirigeant d’Ennahdha, Mohamed Ben Salem, a dit rejeter les changements effectués par le bureau exécutif du mouvement, au sujet des noms des candidats aux législatives, notamment les têtes de liste.

Ben Salem qui a été élu lors des primaires en tant que tête de liste à Zaghouan, s’est retrouvé au 3ème rang, ce qu’il considère comme « une exclusion méthodique des choix des grands électeurs, et des membres du conseil de la Choura ».

« Je ne veux pas être injuste envers le mouvement et son président, mais il est inadmissible que l’on se vante d’élections internes démocratiques, et sans précédent au sein d’un parti politique, et que l’on en bafoue, par la suite, les résultats », a-t-il souligné dans une récente déclaration à al-Jazeera.net.

Il a ajouté que les décisions du bureau exécutif ont exclu les dirigeantes féminines, qui se sont distinguées lors des primaires, à l’issue de la victoire de 17 femmes comme têtes de liste, pour se retrouver après en dehors de la course, à l’exception d’une ou deux.

Ben Salem n’a pas caché sa crainte pour l’avenir du mouvement, pour ce qu’il a qualifié comme une exclusion des voix libres et critiques, en soulignant : « mes positions dans la défense de la démocratie au sein du mouvement ne changeront pas, j’ai encore espoir que le président du mouvement et les sages en son sein font prévaloir la voie de la sagesse, pour éviter toute éventuelle discorde ».

Le mouvement Ennahdha est traversé cette dernière période par des remous au milieu d’accusations envers son bureau exécutif, et son président Rached Ghannouchi de s’aligner sur la position de ses cercles proches, et de ne pas respecter la volonté des électeurs, exprimées lors de primaires organisées par le mouvement.

Les dirigeants Abdellatif Mekki et Abdelhamid Jelassi ont refusé de se plier aux décisions du bureau exécutif après avoir été écartés des listes de Tunis 1 et Tunis II, pour être désignés dans les circonscriptions du Kef et de Nabeul.

Abdellatif Mekki a exprimé dans une lettre fuitée relayée par al-Jazeera, « le sentiment d’injustice » qu’il ressent, ainsi que d’autres dirigeants, femmes et jeunes du mouvement, à la lumière des décisions du bureau exécutif.

Mekki s’est excusé de prendre la tête de la liste du Kef, alors qu’il a réalisé une victoire écrasante à la circonscription de Tunis 1, à l’issue des primaires.

Il a qualifié la décision du président du mouvement, de se porter candidat aux législatives et de conduire la liste de Tunis 1, comme étant « improvisée. »

Gnetnews

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun