L’OLP et les factions palestiniennes annoncent le boycott de la conférence de Bahreïn

23-05-2019

L’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a annoncé officiellement le boycott par la Palestine de la conférence de Bahreïn, qui se tiendra à l’appel de l’administration américaine.

Saeb Erikat, membre du bureau exécutif de l’OLP, a déclaré que l’organisation avait décidé de ne pas y participer sous quelque forme que ce soit. Il a par ailleurs salué l’unanimité palestinienne refusant la conférence, en défense des droits nationaux légitimes, rapporte le site d’al-Mayadeen.

Le porte-parole du mouvement, Oussama Kawasmi, avait évoqué hier dans un communiqué les raisons du refus par son mouvement de la tenue de cette conférence, et l’appel à la boycotter, par le fait que la Maison blanche s’est longuement attaquée et a piétiné les droits du peuple palestinien, et s’en est pris aux fondements et références de l’opération politique notamment au sujet d’al-Quds et des réfugiés, outre l’hostilité au peuple palestinien, en affamant ses enfants, et en lui coupant totalement les vivres.

Les factions palestiniennes ont rejeté dans un communiqué la conférence, la considérant comme un épisode du deal du siècle qui vise la liquidation de la cause palestinienne.

Elles ont affirmé leur refus catégorique de toutes les formes de normalisation avec Israël, étant une trahison envers le peuple palestinien, et ont appelé à bannir les normalisateurs et à soutenir la résistance du peuple palestinien, ajoute la même source.

L’obstination des pays arabes pour la tenue de la conférence de Bahreïn représente un coup de poignard contre les palestiniens, a déclaré à al-Mayadeen le membre du bureau politique, du FDLP, Tallel Abou Dharifa.

Une conférence économique se tiendra les 25 et 26 juin à Bahreïn, pour l’incitation à l’investissement dans les territoires palestiniens, elle rassemblera des ministres de finances et des économistes connus dans la région, selon le même site.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun