Précisions autour de la mort de poissons et des eaux rouges à Sidi Mansour, à Sfax

01-07-2019

Le ministère des Affaires locales et de l’Environnement affirme que le phénomène des « eaux rouges » est dû, selon résultats préliminaires des prélèvements effectués par l’Institut national des Technologies de la Mer, à « une croissance exceptionnelle des algues marines microscopiques ».

« Ce phénomène coïncide avec la hausse des températures, et donne lieu à une baisse importante du taux d’oxygène dans l’eau (anoxie), ce qui pourrait provoquer la mort de poissons, et le dégagement d’odeurs pestilentielles ».

Le ministère ajoute que cette affaire fait l’objet d’un suivi permanent avec tous les organismes concernés, notamment les ministères de l’Agriculture, de la Santé.

Le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche s’était auparavant attardé sur ce phénomène, suite à la mort de poissons, à l’avènement d’eaux de couleur rouge et d’odeur fétide sur les côtes de la région de Sidi Mansour (Sfax).

Le ministère est parvenu aux mêmes conclusions. Ce phénomène qui est dû à la hausse des températures, disparait généralement avec le vent et les courants marins, avait-il souligné.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun