Rached Ghannouchi conduira la liste de Tunis 1 aux législatives : Surprenant !

22-07-2019

Le bureau exécutif d’Ennahdha a désigné Rached Ghannouchi en tant que tête de liste du parti pour la circonscription de Tunis 1, en vue des prochaines législatives du 06 octobre prochain.

Cette désignation intervient sur fond de remous ayant traversé cette dernière période le mouvement islamiste, suite aux changements opérés par son BE et son président sur les listes électorales, où plusieurs de ses dirigeants et membres ont été relégués à la troisième place, carrément supprimé des listes ou mutés vers d’autres circonscriptions, dans une violation manifeste des résultats des primaires.

Rached Ghannouchi prend ainsi la place d’Abdellatif Mekki en tant que tête de liste de Tunis 1. Mekki qui aurait refusé de conduire la liste du Kef, comme en a décidé le BE, a qualifié la décision du président du mouvement, de se porter candidat aux législatives et de conduire la liste de Tunis 1, comme étant « improvisée. », selon des déclarations médiatiques qui lui sont imputées.

Rached Ghannouchi qui ne s’est présenté à aucune élection depuis son retour en Tunisie au lendemain de la révolution, lorgnerait, à travers cette candidature, sur le poste du chef du perchoir, ce qui reste peu probable au vu de sa capacité réelle à rassembler et à fédérer autour de sa personne.

Le cheikh (78 ans) avait été présenté au départ par son mouvement, comme étant son candidat naturel à la présidentielle, avant cette dernière redistribution des cartes, un peu surprenante.

Ennahdha a indiqué samedi dernier que son bureau exécutif avait planché pendant presque 48 heures sur les listes électorales aux différentes circonscriptions, exprimant son « souci d’interagir positivement avec toutes les remarques et recommandations, conformément aux politiques générales du mouvement, et à ce que requiert l’action parlementaire en termes de compétence, de professionnalisme, et de représentativité du poids démographique et électoral».

Gnetnews

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun