Sommet de La Mecque : Béji Caïd Essebsi met en garde contre un nouvel épisode de tension dans la région

31-05-2019

Le président de la république, Béji Caïd Essebsi, a alerté hier soir, jeudi 30 Mai, à l’ouverture du sommet arabe extraordinaire à la Mecque, sur « les évolutions dangereuses et successives » intervenues dans la région, appelant à évaluer les sources et formes de menaces contre les attributs de la sécurité arabe, afin de pouvoir les circonscrire, en préservation de la stabilité des pays de la région.

« Il est inacceptable que la région soit entrainée vers un nouvel épisode de tension et d’instabilité, face aux crises chroniques qu’elle connait, dont le coût était extrêmement élevé aux niveaux sécuritaire, social, humain et de développement », a-t-il déploré, défendant « le droit des peuples à une vie décente dans le cadre de la paix et de la sérénité ».

Béji Caïd Essebsi a appelé « à poursuive les efforts en vue de débarrasser la région des causes de l’instabilité, et de régler les principales affaires régionales en prime, la cause palestinienne à travers une solution globale et juste, conformément aux références onusiennes, et à l’initiative de paix arabe ».

Il a réitéré la condamnation de la Tunisie « des attaques contre les villes saoudiennes par les missiles balistiques, ainsi que les stations pétrolières, le sabotage des navires commerciaux au large des émirats arabes unis, ce qui représente une escalade, exposant la sécurité régionale au danger, et est une menace manifeste de la sécurité et de la stabilité de la navigation internationale, et du trafic commercial mondial ».

« La sécurité arabe est un tout indissociable », a-t-il dit, affirmant « l’attachement de la Tunisie à la sécurité du Royaume saoudien et de tous les pays du Golfe ».

BCE a prôné la solidarité interarabe face au fléau terroriste, à travers l’élimination des raisons de tension dans la région, le rejet de toutes les formes d’extrémisme, de violence et d’usage de la force, appelant à s’en tenir « aux principes de bon voisinage, et du respect de la souveraineté nationale des pays. »

Il a souligné que la Tunisie allait poursuivre, à travers sa présidence du Sommet arabe, « à raffermir les attributs de la sécurité nationale arabe, étant une priorité absolue dans l’action arabe commune. »

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun