Trump dit ne pas vouloir la guerre avec l’Iran (New York Times)

17-05-2019

Le président américain, Donald Trump, a informé son secrétaire adjoint à la Défense, Patrick Michael Shanahan, qu’il ne voulait pas la guerre avec l’Iran, rapporte le New York Times.

Cet échange est intervenu avant la rencontre de Trump avec le président suisse, Ueli Maurer, à la Maison Blanche, dans une visite qui n’était prévue à l’agenda des deux présidents, où ils ont discuté les évolutions dans la région et au Venezuela, rapporte le site d’ almayadeen, citant le N. Y. Times.

La CNN avait indiqué que Trump allait examiner avec son homologue helvétique l’ouverture d’un canal de dialogue, à travers lequel il pourrait parler aux Iraniens.

Le journal américain ajoute que Trump avait annoncé mercredi, lors d’une réunion de la salle d’opération, dans un message aux faucons de son administration que la campagne  de pressions américaine sur le gouvernement iranien, ne devra pas évoluer en un conflit ouvert.

Le New York Times ajoute, citant des responsables, que John Bolton, conseiller à la sécurité intérieure s’est dit abattu du fait que Trump ne voulait pas pousser vers des changements dans la région.

La porte-parole de la Maison blanche, Sarah Sanderes, a affirmé que Trump voulait écouter toutes les positions pour concevoir une décision définitive, signalant que les Etats-Unis vont continuer à exercer les plus grandes pressions sur l’Iran.

L’escalade qui mène à la guerre ne fait pas l’objet d’unanimité au sein du Congress de la part des partis républicain et démocrate, a-t-elle dit, ajoutant que l’administration Trump devait revenir au Congress en vue d’obtenir une délégation pour enclencher une guerre.

Selon des sources du Congress, des responsables de l’administration de Trump vont faire des dépositions secrètes au sujet de la position envers l’Iran, la semaine prochaine.

Par ailleurs, une séance aura lieu mardi prochain au Sénat, en présence du chef du département d’Etat, Mike Pompéo, du chef de l’état-major le Général Joseph Dunford, et du chargé d’affaires au département de la Défense, Patrick Shanahan, suite à la demande issue des démocrates et républicains pour davantage de renseignements sur l’Iran.

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun