Un programme pour l’amélioration des conditions de vie de 800 mille habitants lancé 

05-07-2019

La deuxième génération du programme de réhabilitation et d’intégration des quartiers d’habitation a été lancé hier, lors d’une conférence organisée par le ministère de l’Equipement, le jeudi 4 juillet.Ce projet vise à améliorer les conditions de vie de plus de 800 000 habitants, qui vivent dans la précarité, en marge de la société, notamment dans les quartiers populaires. Au total, 150 quartiers vont être rénovés et réhabilités. 

Le coût du programme s’élève à 250 millions d’euros (635 millions de dinars), financé par l’Etat, l’Union européenne, l’agence française de développement, et la banque européenne de développement. »

L’objectif de ce programme est de doter les quartiers d’habitation informels des infrastructures de base, de toutes les commodités possibles, et des centres culturels, sportifs et de loisir pour les jeunes, en dépit de l’absence des besoins basiques, tels que l’eau potable, les réseaux routiers, l’instauration des structures d’assainissement des eaux usées, et de l’électricité.

Dans le cadre de la politique préventive sur la résorption de l’habitat informel, le PRIQH2 prévoit d’assurer 10 000 logements sociaux, vers la fin de 2020, ainsi que l’aménagement de lotissements dédiés à la construction. 
Ce projet soutiendra aussi le programme du « premier logement », lancé en 2017, afin de permettre aux familles à faible et moyen revenu d’acheter des logements bâtis, prêts à habiter, moyennant des facilitations d’accès aux prêts bancaires et de remboursement.

La loi relative à la promotion immobilière sera par ailleurs révisée, hormis l’élaboration d’un projet d’une loi inhérent aux bâtiments menaçant ruine, et à l’organisation des opérations de rénovation urbaine. 
Outre la protection des réserves de logements, ainsi que la réorganisation du cadre législatif de la location de tout bien immobilier. 

Le chef du gouvernement Youssef Chahed, a indiqué durant la conférence, que ce programme émane d’une approche participative, fondée sur les propositions de toutes les municipalités, qui ont contribué aux choix des projets de développement et d’investissement, basés sur le principe de la décentralisation. 

Afin d’appuyer la coopération interministérielle pour ce projet, un accord-cadre a été signé, par les ministères de l’équipement, de l’habitat et de l’aménagement et du territoire et des affaires locales et de l’environnement, et l’agence de réhabilitation et de rénovation urbaine (ARRU).

Emna Bhira

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun