Youssef Fennira dévoile les quatre axes du projet de restructuration de l’ANETI

12-11-2019

C’est lors d’une cérémonie, en grande pompe, que l’ANETI (Agence Nationale pour l’emploi et le travail indépendant) a présenté ce mardi à la Cité de la Culture à Tunis la « Vision ANETI 2030 ». Youssef Fennira, son directeur, a pris le sujet à bras le corps depuis son arrivée en mai dernier. Au programme, digitalisation, restructuration, formation en interne…. Tout un programme qui vise à améliorer les services de cette administration cinquantenaire.

« Donner une vision en fonction de ce qui a été collecté sur le terrain ». Voici le cap que s’est fixé le Directeur Général de l’ANETI. Depuis son arrivée à la tête de l’ANETI en mai 2019, Youssef Fennira a entrepris une tournée dans les 24 gouvernorats du pays afin de se rendre compte de la situation de cette administration devenue, au fil des années, obsolète et inefficace.

« Pour que cela fonctionne, nous devions sortir de nos tours et de nos bureaux », a-t-il affirmé. L’ANETI a commencé par faire un sondage auprès des demandeurs d’emploi afin de connaître les difficultés auxquelles ils font face. Ainsi, 41% d’entre eux estiment que les services de l’ANETI sont inefficaces. Ils déplorent notamment les délais d’attente longs pour obtenir un rendez-vous avec un conseiller, mais également le manque de communication autour des activités de l’administration.

Des problèmes qui nuisent à l’efficacité de ce service hautement important au vue du fort taux de chômage, qui se situe à environ 15%. Toujours d’après le sondage, 54% des sondés regrettent également la lourdeur de l’administration.

Pour faire face à ces défis de taille, Youssef Fennira a décidé de se lancer dans une restructuration complète de l’ANETI. D’où la présentation de la «Vision 2030». Une vision à long terme qui, selon lui, permettra à cette administration de devenir « un modèle en termes d’administration publique ».

Ce programme repose sur quatre axes prioritaires.

La digitalisation de l’ANETI
Pour Youssef Fennira, la digitalisation permettra de lutter contre les lourdeurs de l’administration et la bureaucratie qui sont un frein à l’efficacité des services. Ainsi, d’ici la fin 2021, l’Agence se dotera d’un site internet moderne qui répond aux attentes des demandeurs d’emploi. « La génération d’aujourd’hui est très connectée et de plus en plus exigeante. Nous devons, pour faire face à cela, nous mettre à la page », explique Fennira. Ce site Internet sera notamment doté d’un système de « matching », en vue de faire concorder les offres d’emplois avec le profils des demandeurs.

La qualité au sein de même de l’administration
Le responsable a également pointé du doigt un manque de motivation des employés de l’ANETI. « Quand on voit les conditions dans lesquelles les agents travaillent, nous devons comprendre qu’ils perdent en productivité », a-t-il dit. Ainsi l’agence travaille à se mettre à niveau, en décrochant la norme « ISO 9001 » qui fournit l’ensemble des exigences pour un mode de management de qualité. Autre projet, celui de remettre au goût du jour tous les bureaux d’emplois et agences d’emplois du pays.

Communication
A l’ère de l’administration 2.0, l’ANETI envisage de miser sur la communication à travers les réseaux sociaux. Ainsi, l’agence sera présente sur les 4 principaux réseaux sociaux qui dominent, de nos jours, le monde virtuel à savoir Facebook ; Twitter, Instagram et Youtube.

Formation du personnel
L’ANETI a pour projet de créer « l’ANETI Academy », qui s’occupera de la gestion des carrières au sein même de l’Agence. Une solution qui donnera la possibilité aux employés de l’administration d’acquérir de nouvelles compétences afin de répondre au mieux à l’évolution du marché du travail et donc aux Tunisiens demandeurs d’emploi.

Wissal Ayadi

 

 

 

 

 

Lire aussi

National National National National Tunisie : Fakhfakh annonce un gouvernement restrei
Économie Économie Économie Le haut conseil tuniso-libyen des hommes d’a
Économie Économie Économie Économie Tunisie/ Agriculture Biologique : Un syndicat qui