Futur gouvernement : Mekki, Mliki et Zaouia livrent leur réflexion lors d’un débat à Tunis

13-02-2020

« Le conseil de la choura du parti  Ennahdha se tiendra ce jeudi 13 février à 18h, au sujet de la proposition définitive de la composition du gouvernement d’Elyes Fakhfakh. »

C’est ce qu’a révélé Abdellatif El Mekki, le député d’Ennahdha lors d’une conférence-débat tenue ce jeudi, au centre des études Islam et démocratie (CSID), sur la thématique de « La crise de la formation du gouvernement: entre les contraintes de la réalité et les solutions possibles ».

Concernant la possibilité de se retrouver face à des élections législatives anticipées, en cas de rejet du gouvernement Fakhfakh par le parlement, le membre-dirigeant d’Ennahdha a fait savoir « qu’il faut vivement éviter ce scénario ». D’ailleurs, tous les efforts  déployés actuellement ont pour but de faire réussir le gouvernement de Fakhfakh et non pas le contraire ».

A la question de l’intégration ou non de Qalb Tounes dans le gouvernement, l’ancien ministre de la Santé, a appelé « Elyes Fakhfakh et les partis concernés à arrondir les angles, pour éviter l’escalade et ne pas tomber dans une impasse, qui accentue la crise politique actuelle ».

Il a souligné également, que « personne ne nie le fait que le président de Qalb Tounes a à répondre sur plusieurs affaires de corruption. C’est la justice qui va décider de son innocence…Il y a d’autres urgences à prendre en considération, comme l’état du secteur de la santé qui s’est détérioré ».  

« Il nous faudra au moins 1000 milliards de dollars, pour rembourser les dettes de la CNAM », a-t-il rappelé, en indiquant également que « Tunisair n’est plus capable d’effectuer même la maintenance de ses engins, car ses fonds sont à sec. Ces problèmes ont besoin en urgence d’un état stable et d’un fort gouvernement  pour les résoudre»…

Le député de 9alb Tounes Hatem Mliki, qui était aussi présent à la conférence-débat, a fait savoir que « son parti a choisi d’attendre la composition définitive du gouvernement qui sera dévoilée par Fakhfakh, pour décider de sa participation ».

Au sujet des réserves de son parti par rapport au gouvernement de Fakhfakh, Mliki a expliqué que « le document contractuel proposé n’a pas fait des questions économiques et sociales une priorité, d’une manière franche et claire. Et, ces points sont cruciaux pour 9alb Tounes… »

« Ce même document, ne montre pas d’où provient le financement pour les différents projets cités dans le programme du chef de gouvernement désigné », conlu-t-il.

Par ailleurs, Khaled Chawket, député de Nidaa Tounes, a  rappelé que « le gouvernement prochain est celui de la dernière chance. Ses membres auront la lourde responsabilité de poser des réformes structurelles pour tous les secteurs de l’Etat, et de lever le désespoir qui touche les jeunes à cause de la crise économique et politique… »

Le président du Parti Ettakattol, Khalil Zaouia a, pour sa part, affirmé que « la loi électorale ne permet pas d’organiser la vie politique en Tunisie, en ce qui concerne notamment le seuil. Il a appelé à l’amendement de cette loi, pour éviter l’instabilité dans le futur ».

Emna Bhira

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie Une partie du monde produit, et une autre consomme
Politique Politique Politique Tunisie : Kaïs Saïed et l’idée d’un